Hausse inquiétante de l’euro sur le marché parallèle – Le Jeune Indépendant
-- -- -- / -- -- --


Nationale

Hausse inquiétante de l’euro sur le marché parallèle

Hausse inquiétante de l’euro sur le marché parallèle
Nouveau record de l’euro face au dinar.  

Le taux de change de l’euro par rapport au dinar algérien a enregistré une hausse ce mercredi sur le marché parallèle. Un euro s’échange au prix de 229 DA à la vente, contre un cours de 227 DA à l’achat.

Certains échangent même un euro à 230 DA, signant ainsi une hausse record de la monnaie européenne sur le marché parallèle, lequel est toujours en pleine saison forte en matière de demande et faible en matière d’offre. 

Le taux de change du dinar algérien avait enregistré, les jours passés, une stabilité face à l’euro, à l’achat et à la vente, mais aussi face au dollar américain à la vente et à l’achat. Un euro s’échangeait au prix de 228 DA et moins à la vente, contre un cours de 226 à l’achat, sur le marché parallèle des devises en Algérie.

Ce mercredi, les « cambistes » du marché parallèle de la devise de Port-Saïd, à Alger, évoquaient même un euro à 230 DA et plus les jours à venir. Pourquoi donc cette hausse ? Selon eux, c’est l’offre qui a reculé ces derniers jours, avec le retour à l’étranger de la diaspora algérienne, nombreuse cette année à avoir fait le déplacement en Algérie pour les vacances d’été. Cette offre en baisse est confrontée à une grande demande, notamment de la part des Algériens qui envisagent d’aller faire la omra (petite pèlerinage) les jours prochains, à l’occasion de la fête du Mawlid ennabaoui echarif, qui sera célébrée à la fin du mois en cours.

Le marché, qui répond naturellement à la loi de l’offre et de la demande, peut être aussi influencé par d’autres facteurs, selon l’expert financier Souhil Meddah. Selon lui, un euro qui s’échange à 230 DA est probable dans le sens où même le marché formel a augmenté. Il est passé de 146,8 à 147,4. Un euro est égal à 147,40 DA, selon les précisions de cet expert, lequel a affirmé que « la tendance depuis la fin du mois d’août est baissière sur le marché officiel » car « un euro était égal à 148 DA ».

Une tendance conjoncturelle, selon l’expert financier, qui pense qu’il se pourrait que le marché parallèle ait réagi à cette donne. « Il se peut que le marché parallèle ait réagi par rapport à cette tendance et ait multiplié la parité par 1,5 ou par 2 », a-t-il précisé.  

Interrogé sur l’éventuel impact de la décision d’ouvrir l’importation pour les viandes rouges et blanches décidée par les autorités sur le cours de la devise, il a affirmé que cela dépendra dans quelle zone on va importer et quelle monnaie sera utilisée.

« Si l’on est appelé à utiliser le dollar, l’impact sera moindre car nos recettes sont en dollar et, donc, la conversion ou l’intermédiation qui va se faire entre le dollar, le dinar vers l’euro ne sera pas sollicitée de manière très forte », a expliqué M. Meddah, qui a cependant souligné un impact sur la tendance du cours de la monnaie. « Avec le dollar, il n’y aura pas d’influence très forte.

Par contre, si l’achat se fait en euro, il y a un compartiment qui va bouger, c’est celui de la parité euro/dinar », a expliqué le financier, affirmant que ce sont des tendances qui arrivent souvent. Notant que les restrictions sur les importations n’ont pas donné de résultats palpables sur la monnaie, il a affirmé que l’élaboration d’un programme d’importation exceptionnel va influer de manière naturel et va donner « une parité qui n’est pas extraordinaire mais légèrement plus haute que celle qu’on connaît actuellement ». Selon lui, actuellement, on est dans une tendance maîtrisable, et le passage vers de nouvelles importations ne va pas influencer de manière extraordinaire les cours de la devise.

D’autres raisons sont évoquées pour la hausse de l’euro. Les familles des étudiants qui sont en France achètent de l’euro pour le leur envoyer afin qu’ils subviennent à leurs besoins. Il y a également le fait que des Algériens candidats à l’émigration au Canada ont acheté des devises à tour de bras car ils comptent se rendre dans ce pays avant 2024. La raison est que les autorités canadiennes prévoient de durcir les conditions d’émigration dès l’année prochaine,

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.

Cet article vous-a-t-il été utile?

Cet article vous-a-t-il été utile?
Nous sommes désolés. Qu’est-ce qui vous a déplu dans cet article ?
Indiquez ici ce qui pourrait nous aider a à améliorer cet article.
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email