-- -- -- / -- -- --
Nationale

Huit mois de prison pour l’auteur des propos haineux contre les kabyles

Huit mois de prison pour l’auteur des propos haineux contre les kabyles
Capture d'écran de la vidéo d'Erriva

C’est finalement une sentence judiciaire peu sévère qui a été prononcée contre l’auteur de la vidéo appelant à la haine des Kabyles, selon un sentiment largement partagé par les citoyens ayant assisté au procès.

Le juge près le tribunal d’Annaba a infligé une peine de huit mois de prison ferme, assortie d’une amende de 100 000 DA contre l’anti-Kabyle, le dénommé Rayfa, alias Erriva.

Pour rappel, durant la première audience judiciaire qui s’est déroulée vers la fin du mois d’août dernier, le ministère public avait requis contre Erriva 5 ans de prison ferme. Il convient de signaler que durant le procès, Rayfa, alias Erriva, a regretté la diffusion de sa vidéo et a demandé pardon aux Kabyles, tout en avouant que le meurtre horrible et ignoble de Djamel Bensmail l’avait atrocement marqué. Pour rappel, dans une autre vidéo, Rayfa avait appelé les jeunes d’une quarantaine de wilayas à venir lui apporter aide et assistance quant au contenu de sa vidéo criminelle.

Selon des sources judiciaires, le juge n’ait pas tenu compte du danger de cet appel, compte tenu de la gravité de l’état mental d’Erriva, occasionnée par l’absorption de psychotropes au moment de commettre ces faits délictueux.
Le verdict rendu ce lundi par le tribunal d’Annaba a suscité beaucoup de mécontentement auprès des citoyens de la Coquette, venus en grand renfort apporter leur soutien à leurs “frères kabyles”.

Pour rappel, cette affaire a commencé en août dernier, après la diffusion sur les réseaux sociaux d’une vidéo, par Erriva, incitant à la haine entre les Algériens. La Ligue algérienne des droits de l’homme (LADH) avait saisi la justice le mardi 17 août 2021, par l’intermédiaire de son bureau régional d’Annaba, pour déposer plainte contre X auprès du procureur de la République pour «discours de la haine avec appel à la violence».

Cette plainte s’inscrit conformément à l’article 32 de la loi sur la lutte contre la discrimination et le discours de la haine. Trois jeunes se proclamant citoyens d’Annaba avaient lancé un discours des plus haineux, voire criminel, appelant «à rayer la Kabylie de la carte de l’Algérie».

A Annaba, comme ailleurs, la vidéo d’Erriva et consorts ainsi que son appel à la solidarité de la population n’avaient pas eu d’écho. La majorité des citoyens parlent plus de «nos frères kabyles martyrisés» et de «voyous profitant de la tragédie nationale pour alimenter le feu de la haine».

Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email