-- -- -- / -- -- --
Culture

Lahouari Addi: « Ni l’Emir Abdelkader, ni Ibn Badis n’ont été des traîtres »

Lahouari Addi: « Ni l’Emir Abdelkader, ni Ibn Badis n’ont été des traîtres »

Réagissant aux récents propos sur l’Emir Abdelkader tenus par Noureddine Ait Hamouda sur le plateau de la chaîne de télévision « El-Hayet », le sociologue Lahouari Addi a qualifié l’intervention du fils du défunt Colonel Amirouche de polémique aussi stérile qu’indigne.

L’auteur du nationalisme arabe radical et l’islam politique : produits contradictoires de la modernité a rappelé que de l’Emir Abdelkader « a combattu l’armée française pendant dix-sept ans à l’issue desquelles il a été battu militairement. Il a cessé le combat et, malgré des offres de postes et de titres de la part des autorités coloniales, il a préféré partir en exil en Syrie, souhaitant être enterré à côté de son maître spirituel, Ibn ‘Arabi. »

Estimant que « l’échec de l’Emir Abdelkader est dû en partie à l’absence de la conscience nationale qui naîtra qu’au début du XXe siècle », Lahouari Addi a également souligné que l’avancée économique, politique, scientifique et militaire de la France sur le Maghreb en général était significative dans la mesure où le rapport de force entre colonisé et colonisateur ne donnait aucune chance de succès aux insurrections.

Par ailleurs, le sociologue algérien s’est penché sur « une autre figure du nationalisme […] critiquée par certaines voix. » Il s’agit du Cheikh Ibn Badis « qui a avait compris que l’Europe était trop en avance sur l’Algérie pour espérer à une victoire militaire à la suite d’insurrections », a-t-il tenu d’expliquer, ajoutant « Ibn Badis avait même revendiqué la citoyenneté française (jansiya siyassya) pour permettre aux Algériens de revendiquer leur identité (jansiyya qawmiya) à travers l’islam et la langue arabe. Il aurait pu ajouter la langue amazighe à laquelle il n’était pas opposé. »

En guise de conclusion Lahouari Addi a estimé que « ni l’Emir, ni Ibn Badis n’ont été des traitres. » « Ce sont des personnalités de la conscience nationale naissante qu’il faut mettre dans leur contexte historique. En tout cas, ils avaient compris une chose que des dirigeants actuels n’ont pas saisi : le retard de l’Algérie sur l’Europe est d’abord intellectuel, ensuite économique et militaire. Si on ne prend pas conscience de la nature de ce retard, il n’y aura aucune chance de le rattraper », a-t-il rappelé.

Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email