-- -- -- / -- -- --
Monde

hôtellerie et ouverture de consulats: Le plan marocain sur Dakhla et Laâyoune

hôtellerie et ouverture de consulats: Le plan marocain sur Dakhla et Laâyoune

Au moment où Rabat a annoncé l’ouverture, ce vendredi, d’une dixième représentation consulaire de pays africains sur les territoires sahraouis occupés, de grands projets touristiques sous forme d’hôtellerie de luxe sont en pleine réalisation à Dakhla et Laâyoune (deux villes sahraouies occupées), où l’une des cousines de Mohamed VI, en l’occurrence la princesse Lalla Noufissa El Yacoubi, détient le monopole, selon Africa Intelligence dans sa dernière édition.

Ce qui est en train de se passer à El Qods (ville palestinienne occupée par Israël) est comparable à ce qui est en train de se dérouler, en même temps, à Dakhla et Laâyoune (deux villes sahraouies occupées par le Maroc). Israël est en train de mener une course contre la montre pour parvenir à l’ouverture du plus grand nombre possible de représentations diplomatiques étrangères à El Qods, tout comme le Maroc est en train, à son tour, de faire la même chose, en collectant le plus grand nombre possible d’adhésions des pays africains à son plan politique qui consiste à ouvrir des consulats dans les villes sahraouies occupées, à savoir Dakhla et Laâyoune.

Profitant des crises qui se succèdent à travers le monde, le royaume marocain est en train de poursuivre, voire d’accélérer la mise en œuvre de sa “feuille de route” consistant à renforcer son occupation des villes sahraouies, et à étendre son empire touristique sur des terres sahraouies en vue d’exploiter les flux migratoires, des touristes occidentaux et des marchands africains qui fréquentent régulièrement les villes sahraouies occupées.

Sur ce plan, et dans sa dernière édition datant du jeudi 12 mars, le plus grand site d’information en Afrique, en l’occurrence Africa Intelligence, a révélé que la pionnière de l’hôtellerie dans la ville sahraouie de Dakhla, la princesse Lalla Noufissa El Yacoubi , cousine de Mohammed VI, continue son accaparement des territoires sahraouis.

En effet, cette cousine et sa famille sont à la conquête du marché de la construction d’hôtels dans la région de Dakhla, qui possède un immense potentiel touristique.

Rabat a annoncé, avant-hier, l’ouverture d’un dixième consulat dans la ville sahraouie de Dakhla en l’espace de deux mois seulement. Cette fois c’est au tour du Liberia du président Georges Weah d’adhérer illégalement à ce plan marocain au mépris du droit fondamental du peuple sahraoui, reconnu par les Nations Unies et par les chartes africaines, à l’autodétermination.

Le Liberia est le dixième pays africain à ouvrir une représentation diplomatique dans les villes sahraouies occupées par le Maroc. La ville de Dakhla abrite, aujourd’hui, quatre consulats africains, ceux de la Gambie, de Djibouti, de la Guinée et maintenant du Liberia, alors qu’il n’existe aucune communauté de ces pays, ni le moindre ressortissant dans cette ville ou vivant dans la province.

Laâyoune, l’autre ville martyre sahraouie occupée depuis près d’un demi-siècle par l’envahisseur marocain, abrite également six consulats, parmi eux la Côte-d’Ivoire qui a ouvert il y a quelques semaines seulement sa représentation, ainsi que le Gabon et les Comores. Mais pourquoi ces ouvertures de consulats, alors que rien ne les justifie ni par une présence humaine ni pour des considérations économiques, comme la présence de sociétés, de compagnies ou d’universitaires ?


Ouverture de consulats en contrepartie de gages

Le Maroc occupe une bonne place dans l’économie de certains pays africains à l’image de la Côte d’Ivoire, du Sénégal, de la Guinée ou encore du Liberia, où ses investissements sont assez nombreux.

Dans les domaines de l’énergie, des mines, de la géologie, de l’alimentation, du bâtiment et des travaux publics (BTP), des banques, de l’agriculture, des télécoms, des ressources en eau, les investissements du Maroc dans certains pays africains ont été diversifiés ces vingt dernières années.

C’est cela la véritable stratégie de forcing du Maroc en Afrique, où des centaines de sociétés et de groupes marocains se sont implantés et contrôlent maintenant des secteurs vecteurs de certains pays africains.

Avec des investissements évalués à des centaines de millions de dollars, le Maroc a obtenu pratiquement tout ce qu’il voulait, en plus des bénéfices tirés de ses investissements.

Au Gabon, le Maroc a ciblé le secteur des banques, des technologies, et l’opérateur Maroc Télécom possède 51% de part de marché sur la téléphonie mobile. Il est le premier fournisseur internet au Gabon. Cet investissement marocain a beaucoup aidé cet Etat.

La Côte-d’Ivoire fait partie des pays très proches des thèses marocaines. C’est le premier pays qui a décidé d’ouvrir un consulat dans les territoires sahraouis. Cela a été fait il y a quelques semaines seulement.

En Côte-d’Ivoire, le Maroc est le premier pays investisseur dans l’économie, il est aussi un leader du marché de la laiterie à Abidjan, tout comme il est fortement présent dans divers secteurs économiques stratégiques, tels que les secteurs du bâtiment et des travaux publics (BTP), des assurances, des Télécoms et des banques.

Aujourd’hui, le Maroc est un acteur majeur en Côte-d’Ivoire, il contrôle 40% du marché laitier d’Abidjan avec ses dizaines d’entreprises présentes dans ce pays africain, à l’image de la société marocaine des produits laitiers Dolital.

En deux ans, entre 2018 et 2019, le marché de la laiterie sous le monopole marocain a grimpé de 10%, soit 30% durant l’année 2018, passant à 40% en 2019.

A la fin de l’année 2019, le Maroc est présent avec plus de cinquante entreprises en Côte-d’Ivoire et ce nombre est appelé à la hausse.

Aujourd’hui, on assiste à une nouvelle forme dans les relations politiques, surtout entre les Etats ayant des ressources financières et les pays les plus pauvres de la planète, où le marchandage risque de devenir un modèle en Afrique.

A lire aussi: QUAND RABAT S’APPUIE SUR TEL AVIV POUR SPOLIER LA RASD

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email