-- -- -- / -- -- --
Culture

Hommage à Taleb Tahar et Ali Ideflawen

Hommage à Taleb Tahar et Ali Ideflawen

L’association Adrar Nath Qedhia d’Aghribs a organisé, au niveau de la maison de la Culture Mouloud Mammeri de Tizi Ouzou, un hommage à deux figures emblématiques de la chanson d’expression kabyle, Taleb Tahar et Ali Ideflawen. Deux auteurs-compositeurs toujours présents sur la scène artistique.

Ils ont entamé leur parcours durant les années 1970 leur répertoire est largement connu par le grand public. Coordonnant ses efforts avec ceux de la direction de la Culture, l’association Adrar Nath Qedhia a tenu a offrir en l’honneur de ces deux artistes une manifestation qui a comporté, entre autres, une exposition sur leurs œuvres, une prise de parole et une conférence qu’ont animé dans la matinée d’hier Abdenour Abdeslam et Slimane Belharet. 

Dans l’après-midi, un gala artistique auquel ont pris part plusieurs artistes comme Amour Abdenour, Ouazib Mohand Akli, Ouzaïd, Cherif Douzane, Kheloui Lounés, Dehmani Bélaïd, Mehdi Mazeghrane et Amar Khodja.

Ces derniers en plus du chant apporteront leur témoignages sur la parcours assez riche de Ali Ideflawen et Taleb Tahar. Aujourd’hui, un autre programme sera organisé au niveau du village Adrar Nath Qedhia, toujours dans le cadre de l’hommage rendu à ces deux chanteurs.

Ali Ideflawen pour ceux qui ne le connaissent pas, est un auteur compositeur interprète assez connu pour son engagement dans le combat identitaire.

Il est né le 16 janvier à Timizart dans la wilaya de Tizi Ouzou. Influencé par l’élan de la musique moderniste prôné par Idir, le groupe Abranis et tant d’autres chanteurs, mais aussi par le combat pour la cause identitaire, Ideflawen s’est lancé dans une carrière artistique à travers laquelle il a exprimé les maux de la société dans leur multitudes.

Avec une voix assez adaptée à son style et une musique qui atteint facilement les esprits, Ali Ideflawen s’est inventé un style propre à lui. Un style qui lui a valu le succès et la célébrité tant au niveau national qu’international. Son nom est aujourd’hui synonyme d’un chant sain qui a longtemps traduit les cris d’un peuple et la détresse d’une société.

A mohand a yaghedou, A din Qessam, Ruh Nadi-d Abrid sont des exemples d’un répertoire assez riche et long qui fait d’Ali Ideflawen un symbole de travail artistique dévoué.
Pas de moindre importance, le parcours de Taleb Tahar qui a débuté également durant les années 1970, constitue une autre facette de la chanson kabyle riche par ses styles et ses mélodies.

Avec une touche orientale et une fidélité pour le style kabyle prôné par ses aînés comme Aït Menguellet, Cherif Kheddam pour ne citer que ceux-là, Taleb Tahar par sa voix et son mandole a chanté l’amour, la société, la patrie et évoqué tant d’autres sujets.
Se faisant discret et timide, Taleb Tahar a su atteindre les cœurs des adeptes de la chanson d’expression kabyle et s’est fait une place irréversible parmi tous les chanteurs de sa génération.

Hier, devant leur public et leurs amis de parcours, les deux idoles n’ont pas caché leur joie de se voir honorés de leur vivant et se sont déclarés très satisfaits de succès qu’ils ont eu depuis le début de leur carrière. Ils ont tenu à rendre hommage à leur public qui fait, la force de tout artiste.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email