-- -- -- / -- -- --
Nationale

Hollande vante les mérites de la coopération algéro-française

Hollande vante les mérites de la coopération algéro-française

Le président français, François Hollande, a réitéré sa détermination, dans un message adressé au président de la République, Abdelaziz Bouteflika, à coopérer avec l’Algérie pour assurer un développement durable et économique avec en toile de fond une convergence dans la politique internationale.

Dans un message de félicitations adressé au président Bouteflika pour le succès de la conférence mondiale sur le climat (COP21), tenue à Paris, en décembre dernier, Hollande a indiqué que « la France continuera, avec l’aide de l’Algérie, de mener tous les combats pour la sécurité, le développement économique et le développement durable au service de nos populations et, surtout, des jeunesses de nos deux pays ».

Le chef d’Etat français a fait observer que la France « est heureuse d’avoir pu compter sur le précieux soutien de l’Algérie pour aboutir à ce succès ».

François Hollande ne manquera l’occasion aussi d’apporter son soutien aux efforts de l’Algérie pour démêler l’écheveau malien et libyen en soulignant la convergence de vues entre Alger et Paris sur ces deux dossiers. Revenant sur le dossier du climat, le président français a écrit que « l’Algérie peut compter sur la France pour l’appuyer dans l’application de ses objectifs en termes de maîtrise des émissions de gaz à effet de serre et d’adaptation aux impacts du réchauffement climatique ».

Une coopération multiforme

La coopération algéro-française a connu une avancée substantielle dans tous les domaines ces dernières années, notamment depuis l’apaisement des tensions politiques suscitées par les déclarations décalées de certains responsables politiques français. La décision des deux pays de privilégier ce qui les unit et de laisser aux spécialistes les questions d’histoire qui fâchent a permis de voir de nombreux projets dans le domaine économique se réaliser à une vitesse record.

Il en est ainsi pour l’installation de l’usine Renault en Algérie et dont la commercialisation de véhicules made in Algeria est effective depuis novembre dernier.

Ce succès a poussé l’autre constructeur français, Peugeot, à se lancer dans l’aventure algérienne avec un projet d’implantation d’une usine de fabrication de véhicules en Algérie.

La coopération algéro-française ne se limite pas au secteur automobile. Le fabricant de médicament Sanofi va, lui aussi, mettre en service une nouvelle usine en 2016, qui est basée à Sidi Abdallah. L’usine sera la plus grande en Afrique et au Moyen Orient.

Dotée d’une capacité de production de 100 millions d’unités par an sur 100 spécialités pharmaceutiques, et un potentiel de distribution de 240 spécialités pharmaceutiques différentes. Sa production sera dédiée à la fabrication des médicaments destinés au marché algérien et peut-être même à l’exportation à l’avenir.

Un cadre juridique unique dans les annales

La coopération algéro-française est allée crescendo ces dernières années au point où les responsables dans les deux pays ont jugé utile de mettre en place un cadre juridique, unique dans les annales des relations bilatérales entre les deux pays, pour fixer la stratégie et orienter les efforts.

En effet, un mécanisme de renforcement des relations économiques, industrielles et commerciales algéro-françaises a été mis en place en mai 2013 en tant que mécanisme de renforcement du partenariat industriel entre la France et l’Algérie.

Le Comité mixte économique France-Algérie (COMEFA) a tenu sa première réunion à Paris, présidée par M. Arnaud Montebourg, ministre français du Redressement productif et Mme Nicole Bricq, ministre française du Commerce extérieur, en présence de M. Amara Benyounès, ministre algérien du Développement industriel et de la Promotion de l’investissement, M. Mustapha BENBADA, ministre algérien du Commerce.

Le COMEFA est désormais chapeauté par les ministres des Affaires étrangères des deux pays, donnant ainsi toute la mesure de cette volonté d’aller au-delà des limites connues jusqu’à présent en matière de coopération et de partenariat économique.

La France est consciente aujourd’hui que l’Algérie est devenue un pays extrêmement attractif pour les entreprises françaises, et ce, pour plusieurs raisons. C’est le seul pays politiquement stable de la région. Elle entend fructifier cette opportunité en poussant le maximum de ses entreprises vers des partenariats avec leurs homologues algériennes comme ce fut le cas pour Alstom, une entreprise vouée à la faillite et qui envisage aujourd’hui d’exporter ses produits ferroviaires à partir de l’Algérie.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email