-- -- -- / -- -- --
Culture

Hizia sur les planches

Hizia sur les planches

La grande salle des spectacles Ahmed-Bey-Zénith de Constantine a ouvert ses portes, en début de soirée de ce samedi 11 février, pour l’opérette Hizia, un spectacle réalisé Faouzi Benbrahim d’après un texte de Azzedine Mihoubi.

Ce nouveau spectacle a fait l’ouverture du 9e Festival du théâtre arabe à Oran (10-19 janvier 2017), il donne un nouveau souffle à l’histoire d’amour épique de Hizia et Saïd, écrite en poésie par le célébrissime Cheikh Mohamed Seghir Benguitoun.

Près de deux heures durant, onze comédiens accompagnés de membres de la troupe des arts populaires de l’Office national de la culture et de l’information (ONCI) et d’artistes du Ballet ont célébré par la musique, la danse et le chant cette histoire d’amour réelle du XIXe siècle, immortalisée dans la mémoire collective algérienne par le poète populaire Benguitoun, rapporte l’Agence presse service d’Algérie.

Dans un décor évocateur des paysages sahariens plongés dans une musique aux sonorités bédouines du défunt artiste Mohamed Boulifa, l’œuvre distille l’idylle de deux jeunes cousins dont l’amour a buté sur des traditions tribales sclérosées.

Le père de Hizia, Ahmed Ben El Bey, grand dignitaire de la puissante tribu des Dhouaouda dans la région des Zibans, ne pouvant supporter le ouï-dire sur la relation de sa fille et son neveu décide de se faire accompagner de sa fille lors de la traditionnelle transhumance vers les zones du Tell pour rompre toute possibilité de contact avec son cousin.

Chagrinée par la séparation qui lui est imposée, Hizia meurt durant le voyage. Ayant perdu goût à la vie après la mort de sa bien-aimée, Saïd s’exile pour vivre en solitaire loin de tout contact avec les hommes, excepté peut-être avec le poète Benguitoun à qui il a demandé d’écrire un poème à la mémoire de Hizia.

Un poème magnifique qui sera chanté par de grands artistes comme Khelifi Ahmed, Abdelhamid Ababssa, Omar El Bar et Rabah Deriassa. La chanteuse et comédienne Lamia Betouche a interprété le rôle de la belle Hizia et l’amoureux passionné, Saïd, est incarné par Nacer Attaoui. Le rôle du narrateur est admirablement joué par Adjrad Jugurtha. Les trois artistes sont tous issus de l’école Alhane oua chabab.

Les personnages du père et de la mère de Hizia sont interprétés par les comédiens Mohamed Adjaïmi et Djahida Youcef, dont le choix par le réalisateur Faouzi Benbrahim a renforcé la confiance des autres jeunes artistes. Dans une ambiance nostalgique d’un passé pas si lointain, l’œuvre a réussi à mettre en symbiose tous les éléments du spectacle axé sur le texte du poète Azzedine Mihoubi, l’actuel ministre de la Culture.

Produite par l’ONCI, cette opérette s’inscrit dans le cadre d’un projet de mise en valeur des chefs d’œuvres du patrimoine immatériel national, en faisant appel en même temps à des artistes chevronnés et à d’autres plus jeunes au talent avéré, selon Faouzi Benbrahim qui a également précisé qu’une tournée nationale sera prochainement organisée.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email