-- -- -- / -- -- --
Nationale

Hirak à Béjaïa: Refus du dialogue et rappel de l’article 7

Hirak à Béjaïa: Refus du dialogue et rappel de l’article 7

La ville de Yemma Gouraya a vécu ce vendredi 26 juillet encore au rythme d’une nouvelle manifestation du mouvement populaire, la 23e depuis le 22 février dernier, marquée par le refus du dialogue et l’exigence de l’application de l’article 7 de la Constitution. 

Des slogans hostiles au pouvoir et au dialogue ont été scandés par les dizaines de milliers de manifestants qui ont pris part la manifestation d’hier pour revendiquer le départ du régime politique qui mené le pays vers le gouffre, et exiger par la même occasion la libération inconditionnelle des détenus d’opinion et détenus politiques qui croupissent à la prison d’El Harrach depuis plusieurs semaines pour des chefs d’accusation ineptes. En dépit de la canicule qui traverse depuis plusieurs semaines la région, les Béjaouis sont sortis encore en masse pour maintenir la pression et en finir avec le régime qui tente une nouvelle fois de se maintenir. La foule a arpenté le boulevard de la Liberté scandant des slogans hostiles au pouvoir et aux personnels politiques actuels, décriant le dialogue et aussi les personnalités choisies en vue d’organiser l’élection présidentielle. « Ya h’na y a n’touma, maraneche habssine : Ce sera vous ou nous ; nous n’arrêterons pas », « Makenche hiwar maâ el aissabates : pas de dialogue avec la bande » « Djazaïr houra dimocratia », « Y’en marre du système », « y’en marre de ce pouvoir », « Makench intikhabat yel aissabat » « terrahlou tarrahlou », « Astrouhem astrouhem » « Vous allez partir, vous allez partir », « Article 7, pouvoir au peuple : mada 7 soulta lachaâb ». Au cours de la manifestation, on pouvait aussi entendre la foule scander des slogans réitérant sa détermination à poursuivre sa marche vers l’instauration d‘un Etat démocratique et social tels que préconisé par la déclaration du 1er novembre 1954 et la plate-forme de la Soummam du 20 Août 1956 : « Anedou anedou alema yeghli udavu , nous marcherons jusqu’à la chute du régime » « Had echaâb la yourid houkm el asker min Dajdid », « dawla madania machi askaria », « Mekenche hiwar maâ el aissabat », « Pouvoir assassin », « Mazelna mazelna thouwar », « Etat civil pas militaire », « Pouvoir dégage », « Echaâb yourid el istiklal », « Ulach smah ulach ».
Ces slogans reviennent tel refrain tout le long de la marche qui a drainé de grandes masses populaires constituées d’hommes, de femmes, de jeunes et vieilles personnes. La foule a bravé la canicule. C’est dire enfin la détermination qui anime ce peuple à aller vers la liberté, vers un changement de régime politique, vers une république nouvelle, un régime démocratique et populaire et faire cesser la corruption qui a saigné le pays de ses richesses et appauvri le peuple. La foule a réitéré aussi sa solidarité et son soutien à l’égard des détenus d’opinion et détenus politiques, exigeant leur libération : « Libérez les détenus », « Libérez l’Algérie ». Des banderoles et pancartes ont été arborées par des centaines manifestants et sur chacune est porté, soit un slogan soit une revendication.

De Béjaia, N. Bensalem.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email