-- -- -- / -- -- --
Monde Asie

Haut Karabakh: Poutine dit voir les bases d’une «normalisation durable» ‎

Haut Karabakh: Poutine dit voir les bases d’une «normalisation durable» ‎

Le président russe Vladimir Poutine a estimé mardi que l’accord de paix négocié sous son égide entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan permettait de poser les bases d’une « normalisation durable » au Nagorny Karabakh, même si le « problème » du statut de cette enclave n’est pas réglé.

«Le fait que les hostilités se soient arrêtées et qu’il y ait un accord pour débloquer toutes les voies de transport, rétablir les liens économiques, c’est extrêmement important, et cela crée une bonne base pour normaliser les relations à long terme », a déclaré M. Poutine à la télévision publique russe.

Le président russe a toutefois reconnu que « le statut final du Nagorny Karabakh n’a pas été réglé » et que l’accord signé la semaine dernière entre Erevan et Bakou ne fait que « préserver le statut quo » autour de cette région disputée depuis des décennies.

« Oui, un tel problème existe », a poursuivi M. Poutine.

« Ce qui va se passer ensuite devra être décidé à l’avenir, ou par les futurs dirigeants, futurs participants à ce processus », a-t-il ajouté, estimant néanmoins que « les conditions sont créées pour une vie normale » au Nagorny Karabakh.

L’accord de paix négocié par Moscou a permis de mettre fin à près de six semaines de combats meurtriers entre forces arméniennes et armée azerbaïdjanaises pour le contrôle de cette région montagneuse du Caucase.

Le texte consacre la victoire militaire de Bakou et lui accorde d’importants gains territoriaux dans cette zone aujourd’hui peuplée quasi exclusivement d’Arméniens, les Azerbaïdjanais du Nagorny Karabakh ayant fui après une première guerre dans les années 1990.

L’accord introduit aussi une force russe de maintien de la paix au Nagorny Karabakh, déjà déployée sur place depuis la semaine dernière.

Selon M. Poutine, la Turquie, soutien de Bakou et ennemie séculaire de l’Arménie, sera également associée au processus de maintien de la paix via un centre de contrôle conjoint avec la Russie, qui utilisera notamment des drones, mais les soldats turcs ne seront pas présents au Nagorny Karabakh.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email