-- -- -- / -- -- --
Nationale

Hausse des prix: rebellote durant Mouharam et Achoura

Hausse des prix: rebellote durant Mouharam et Achoura

Les prix des fruits et légumes connaissent une flambée sans répit que l’Union générale des commerçants et artisans algériens (UGCAA) attribue à l’excès de la marge bénéficiaire appliquée par les commerçants de détail ainsi qu’au déficit pluviométrique.
En effet, c’est comme chaque année durant la fête religieuse de l’Achoura ou les autres fêtes, le citoyen algérien souffre toujours du problème de la hausse des prix injustifiée, cette situation crée en outre un climat de mécontentement chez beaucoup d’Algériens « la pomme de terre affiche une augmentation de prés de 30% à 90 DA le kg contre un prix moyen de 70DA durant la première semaine passée.
La même chose pour l’oignon à 60 DA le kg, les carottes à 80 DA le poivron à 180 DA et la courgette à 130 DA, sincèrement les prix des fruits et légumes flambent sans aucune raison justifiée, c’est l’anarchie totale » déplore un père de famille. La flambée des prix de fruits et légumes sur les étales est imputable aux commerçants de détail, la spéculation gagne de plus en plus de terrain .Concernant les prix des fruits ils ne sont pas épargnés par l’augmentation injustifiée, quant aux bananes qui affichent 180 DA le kilo et le raisin qui dépasse la barre de 300 DA, ces deux fruits affichent une augmentation de plus de 40% et de 140% respectivement.

« Je m’étonne, pourquoi il existe une grande différence entre le prix des marchés de gros et le prix avec lequel nous achetons les fruits et légumes », a déploré Samira étudiante en Economie.

Il faut dire que sur les marchés de gros, les prix de ces produits sont nettement plus bas que ceux relevés sur les étales, Pour sa part ,le président de la Fédération nationale des marchés de gros de fruits et légumes relevant de l’UGCAA, Mustapha Achour, estime que la hausse des prix a atteint également les marchés de gros et qu’il impute aux carences de la régulation de ces marchés pénalisés par la spéculation.

Selon lui, la hausse s’est aussi accentuée par le manque de pluie. En effet, Les prix de fruits et légumes continuent à valser sans que les pouvoirs publics n’interviennent afin de contenir la situation et de mettre ainsi un terme contre la spéculation. La hausse des prix des fruits et légumes à l’approche des fêtes n’est pas un phénomène nouveau. 

La différence entre les prix des fournisseurs et ceux affichés par les commerçants est importante. Par ailleurs, les prix des légumes secs ne sont pas épargnés par cette flambée. Les lentilles sont affichés à 150 DA le kilo tandis que le prix des haricots secs varie entre 190 et 250 DA, selon les qualités.
 

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email