-- -- -- / -- -- --
Nationale

Hausse de 10% du crime organisé durant l’été dernier

Hausse de 10% du crime organisé durant l’été dernier

L’été passé a été particulièrement chaud sur le plan de la criminalité organisée avec des hausses allant jusqu’à 350%
dans certains fléaux de trafic. C’est ce qui ressort du bilan du plan Delphine dévoilé hier par la Gendarmerie nationale
et dont nous détenons une copie.

Dix mille cinqcent trente-trois (10 533) personnes impliquées dans les crimes de droit commun et particulièrement dans le crime organisé ont été arrêtées par la Gendarmerie nationale durant la saison estivale 2017, et ce, dans le cadre du plan de sécurisation « Delphine « .

Selon la Gendarmerie nationale, la saison estivale 2017 a été marquée par une hausse vertigineuse de plusieurs formes de criminalité, notamment le trafic de drogue, la contrebande, l’émigration et l’immigration clandestines, le trafic du patrimoine culturel et même l’atteinte aux personnes et à leurs biens.

Durant l’été passé, la Gendarmerie nationale a constaté une hausse de 10% du crime organisé. 116 associations de malfaiteurs ont été mises hors d’état de nuire et 381 délinquants ont été arrêtés.

La majorité des affaires traitées dans le cadre de la lutte contre le crime organisé sont liées à la contrebande de stupéfiants, où 1 010 affaires ont été traitées et ont abouti à la saisie de 5 tonnes, 9 quintaux et 9 kg de kif traité, représentant une hausse de 171% en nombre d’affaires par rapport à la même période de l’année précédente (372 affaires).

Le bilan du plan Delphine de la saison estivale de 2017 confirme, en chiffres, la montée fulgurante de la criminalité organisée qui touche pratiquement la plupart des wilayas et zones du pays. Très présentes sur l’ensemble territoire national, les unités de la Gendarmerie nationale ont sécurisé, par ailleurs, 331 plages, soit un taux de 82% des 399 plages autorisées à la baignade, sans exclure celles non autorisées à la baignade, et ce, par un contrôle périodique de ces lieux.

Le Commandement de la Gendarmerie nationale a mobilisé de grands moyens humains et matériels dans le cadre du plan Delphine, avec 27 000 gendarmes, 2 000 véhicules, 2 500 motos, 7 hélicoptères et 38 équipes cynophiles mobilisés pour la sécurisation des complexes touristiques, des plages, des routes et autres lieux à grande fréquentation.

Plus de 180 000 opérations menées en été

L’activité des unités de la Gendarmerie nationale a été axée sur la surveillance générale, notamment au niveau des plages autorisées à la baignade, le maintien de l’ordre public et la protection des personnes et des biens.

Les unités des wilayas côtières ont exécuté, 183 141 services externes, soit une augmentation de 4% par apport à la même période de 2016, consacrés à la surveillance générale du territoire (plages, parcs forestiers), à la sécurisation des lieux publics, au contrôle sur les voies de communication à travers des patrouilles et des barrages, ainsi qu’à la sécurisation des différentes manifestations.

Dans le cadre de l’exécution de leurs différentes missions, les unités de la Gendarmerie nationale ont identifié 623 777 personnes, 206 375 véhicules avec l’arrestation de 1 201 personnes et la saisie de 10 véhicules, soit une augmentation successive de 14%, 7%, 186% et 60% par rapport à l’année 2016.

Il est à signaler que dans le cadre de la gratuité d’accès aux plages et en coordination avec les autorités administratives, les unités de la Gendarmerie nationale ont traité 43 affaires liées à l’exploitation illégale des plages, 189 à l’exploitation illégale de lieux de camping et 17 autres à l’exploitation de parkings sauvages. Dans ces affaires 1 003 tables, 3 500 chaises, 

1 653 parasols et 125 tentes ont été saisis.

Par ailleurs, dans le domaine de la protection de l’environnement, les gendarmes, renforcés par les cellules de protection de l’environnement, ont constaté 1 316 infractions (contrôle des infrastructures classées, des différents types de déchets, protection du patrimoine végétal et des réserves naturelles, préservation de la santé publique, etc.), soit une augmentation de 340% par rapport à la saison précédente.

Aussi, elles ont effectué 709 campagnes de sensibilisation, en coordination avec les différents services concernés, pour développer une culture environnementale chez le citoyen, ainsi que 371 interventions techniques pour prélever des échantillons d’eau et de terre aux fins d’analyses.

L’atteinte au patrimoine culturel a augmenté de 175%

Dans le domaine de la lutte contre l’atteinte au patrimoine culturel, 33 affaires ont été traitées par les unités de la gendarmerie, constituant une augmentation de 175% par rapport à la saison précédente (12 affaires traitées), et qui ont abouti à l’arrestation de 40 personnes impliquées ainsi qu’à la récupération de 331 pièces archéologiques. D’autre part, elles ont découvert sept nouveaux sites archéologiques, dont deux à Sétif, un à Mila, El-Tarf, Khenchela, Tébessa et Médéa.

Dans le domaine de la protection des mineurs, les brigades spécialisées de la Gendarmerie nationale ont traité 74 affaires (consommation de boissons alcoolisées et mendicité…), soit une augmentation de 12 affaires par rapport à la saison précédente.

Ces unités ont également contribué à la réintégration de mineurs dans leurs familles respectives, pris part aux émissions radiodiffusées et aux portes ouvertes, organisé des campagnes de sensibilisation dans les colonies de vacances, les lieux de détente et les plages et effectué des patrouilles de surveillance dans les lieux fréquentés par les mineurs.

Police judiciaire : près de 10 000 affaires traitées

Les activités des unités de la Gendarmerie nationale relèvant de la police judiciaire ont connu une hausse vertigineuse durant l’été 2017 par rapport à la même période de l’année précédente.

En effet, sur le plan de la police judiciaire, 9 685 affaires ont été traitées, dont 64% sont liées à la criminalité de droit commun (6 151 affaires) et 10% au crime organisé et qui ont abouti à l’arrestation de 10 533 personnes dont 952 ont été écrouées, soit un taux d’augmentation de 16% du nombre d’affaires par rapport à la même période de l’année précédente (8 362). En plus du trafic de drogue, les gendarmes relevant de la police judiciaire ont fait face à la contrebande de carburant. Sur ce plan, 37 affaires ont été traitées et 14 016 litres de ont été saisis.

Près de 500 harraga arrêtés entre juin et septembre

Dans le cadre de la lutte contre l’immigration clandestine, 224 affaires ont été traitées durant la saison estivale à travers lesquelles 667 ressortissants étrangers, de nationalités africaines, ont été arrêtés. Aussi, dans le cadre de l’émigration clandestine, 68 affaires ont été traitées et 481 personnes ont été présentées aux autorités judiciaires.

Ces chiffres indiquent une montée fulgurante de l’exode clandestin vers et à partir de l’Algérie, où de plus en plus de jeunes Algériens tentent de gagner l’autre rive de la Méditerranée clandestinement tout en risquant grandement leur vie.

Par ailleurs, dans le cadre de la constatation des infractions aux lois spéciales, il a été enregistré 3 303 affaires qui se sont soldées par l’arrestation de 2 744 personnes, dont 50 ont été écrouées, soit une hausse de 238% en nombre d’affaires par rapport à la même période de l’année écoulée (976 affaires).

D’autre part, le nombre de descentes et d’opérations coup-de-poing dans les fiefs de la criminalité a connu une hausse durant la saison estivale passée.

Dans ce cadre, les unités de la Gendarmerie nationale ont exécuté 443 descentes à travers le territoire des wilayas côtières, lors desquelles 234 122 personnes et 82 608 véhicules ont été identifiés, ce qui représente des hausses respectives de l’ordre de 4% et 25%, ayant abouti à l’arrestation de 159 personnes et à la saisie de deux véhicules recherchés. La majorité des personnes appréhendées étaient recherchées pour consommation de drogues, de psychotropes et détention d’armes blanches.

Les accidents nautiques et routiers ont provoqué 299 morts

Six accidents nautiques ont été enregistrés sur les plages autorisées à la baignade, lesquels ont fait deux morts et quatre blessés. Durant la saison estivale 2017, le Commandement de la Gendarmerie nationale a recensé 1 201 accidents de la route ayant causé 297 morts et 1 988 blessés, soit une baisse de 30% dans le nombre des accidents par rapport à la même période de l’année écoulée, de 12% dans le nombre de morts et de 32% dans le nombre des blessés, et ce, grâce à l’efficacité du dispositif sécuritaire mis en place ainsi qu’aux mesures préventives entreprises par les unités de la Gendarmerie nationale dans le cadre de ce plan.

Le plus grand nombre d’accidents (447) a été enregistré durant le mois de juillet avec un taux de 37% du nombre global enregistré durant la saison estivale. Les wilayas les plus touchées par ce phénomène sont Alger (214), Boumerdès (154), Tipasa (120), Béjaïa (104).

Ces wilayas ont connu une grande affluence des estivants. Les causes directes de ces accidents sont l’excès de vitesse (397), les dépassements dangereux (149), les manœuvres dangereuses (135), la circulation à gauche (77) et le non-respect des plaques de signalisation (68). Selon les statistiques établies, le facteur humain reste la cause principale des accidents survenus (1 063), soit 88% du taux global des accidents de la route.

Incendies de forêt ; des milliers d’hectares partis en fumée

Dans le cadre de la prévention et de la lutte contre l’atteinte au patrimoine forestier national, les unités de la Gendarmerie nationale ont, durant la période allant du 1er juin au 9 août 2017, constaté 222 cas d’incendies de forêt à travers 39 wilayas que sont Alger, Tlemcen, Chlef, Aïn Defla, Médéa, Béjaïa, Jijel, Souk-Ahras, Annaba, Oum-El Bouaghi, Guelma, Mila, Skikda, Batna, M’Sila, Tébessa, El Oued, Constantine, Relizane, Sétif, Mostaganem, Illizi, El-Tarf, Tizi Ouzou, Tamanrasset, Tiaret, Mascara, Ouargla, Bordj Bou-Arréridj, Bouira, Boumerdès, Tissemsilt, Blida, Biskra, Khenchela, Saïda, Djelfa, Oran et Adrar.

Ces incendies ont occasionné le décès de neuf personnes, dont trois dans la wilaya de Blida, deux à Batna et Skikda et une à Boumerdès et Tizi-Ouzou. En termes de dégâts matériels, il a été recensé l’endommagement de 40 habitations, de 5 poulaillers, la destruction de 300 mètres de tuyaux d’irrigation, la perte de 5 ovins.

Aussi, ces incendies ont engendré des dégâts au patrimoine forestier, qui ont touché 2 763 hectares de forêts, 6 752 arbres fruitiers, 25 941 bottes de foin et 300 ruches. Dans ce cadre, les unités de la Gendarmerie nationale ont ouvert des enquêtes pour déterminer les causes et les circonstances des incendies enregistrés ; ce qui a abouti à l’arrestation de 26 personnes qui ont été présentées aux instances judiciaires compétentes.
Ainsi où une personne a été mise sous mandat de dépôt, 20 autres ont été mises en liberté provisoire et 4 sous contrôle judiciaire.

Enfin, les unités de la Gendarmerie nationale ont reçu 342 422 communications sur le numéro vert 1055, soit une hausse de 4% par rapport à la saison précédente (329 948 appels).

L’exploitation de ces communications a permis d’intervenir sur le terrain dans 16 243 cas dont 7 695 cas sont relatifs à des menaces directes contre les personnes et les biens, qui ont conduit à l’interpellation en flagrant délit de 540 personnes. Il a été enregistré 62 849 communications demandant des renseignements, de l’aide, des orientations, des secours…

Pour ce qui est du site web des préplaintes (https.ppgn.mdn.dz), il a été enregistré 257 envois dont 113 préplaintes et 165 informations relatives à différentes affaires (agressions, vols..). Suite à cela, plusieurs messages ont été adressés par le biais du courrier électronique aux citoyens pour leur fixer des rendez-vous au niveau des unités de la Gendarmerie nationale territorialement compétentes.

L’action préventive de proximité, adoptée par les unités de la Gendarmerie nationale déployées dans le cadre de la mise en œuvre du plan de sécurisation de la saison estivale 2017, a contribué, comme chaque année, à conforter d’une manière significative le sentiment de sécurité chez les citoyens, et ce, par un maillage sécuritaire étoffé et une prise en charge effective des préoccupations des estivants.

A ce titre, l’adaptation des dispositifs déployés, traduite par des plans d’action judicieux ciblant notamment les foyers de délinquances, a permis de réaliser des résultats probants en matière de lutte contre la criminalité sous toutes ses formes et de sécuriser davantage l’environnement et les voies de communication.

Toutefois, la hausse très significative de plusieurs formes de criminalité durant la saison estivale démontre et confirme à la fois la complexité de la mission des gendarmes face aux réseaux de criminels.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email