-- -- -- / -- -- --
Nationale

Hanoune tire sur le projet de loi de finances

Hanoune tire sur le projet de loi de finances

Après plusieurs mois de léthargie, l’activité politique semble –comme c’est d’ailleurs presque toujours le cas à l’approche de rendez-vous électoraux- reprendre ses droits.

A Constantine, en tout cas, deux « grands calibres « politiques ont fait escale hier pour dit-on revigorer le moral somnolant des troupes. Louisa Hanoune et Ahmed Ouyahia ont présidé chacun de son côté une rencontre avec leurs Etat majors cirtéens.

Bien que le procédé ne fut pas le même, l’objectif était vraisemblablement de secouer la base à quelques mois de l’échéance législative.

Si pour la présidente du Parti des Travailleurs l’occasion fut de toute évidence de vilipender ce qui se fait au Palais, pour le secrétaire général du RND, la réunion devait plutôt se tenir à huis-clos car il était question de mettre de l’ordre dans la maison.

Bien que faisant partie d’une série de réunions prévues ces jours-ci avec sa base à travers le territoire national, celle organisée hier à la Maison de la culture Malek Hadad devait aussi permettre à Ahmed Ouyahia de dénouer une situation que l’on dit embrouillée depuis plusieurs mois entre les responsables constantinois du parti.

On évoque même que l’actuel secrétaire de wilaya, Said Redouane, accusé par les militants locaux de vouloir faire main basse sur la structure du parti dans la capitale de l’Est, serait dans le collimateur du chef de file du parti et devrait faire les frais d’une décision qui risque d’être dure.

Il va de soi aussi que la réunion devait aboutir sur un « rajeunissement « des structures locales du rassemblement à quelques semaine d’un important rendez-vous électoral. Louisa Hanoune quant à elle n’a nullement fait dans la discrétion et il était clair qu’elle avait un message à faire passer à partir de la ville des Ponts.

A partir de l’hôtel Hocine, Hanoune n’a pas mâché ses mots pour reprendre, comme à son habitude, ses critiques envers l’executif. Un discours qui de prime abord colle parfaitement à l’actualité.

La surprise sortie des urnes du plus grand pays capitaliste, la crise des cours des hydrocarbures et la situation sociale et économique du pays ont été les principaux sujets auxquels s’est adonnée hier la présidente du PT. Concernant ses acerbes critiques envers le pouvoir rien de fondamental n’a changé chez la trotskiste.

Louisa Hanoune est revenue d’abord sur les dangers que présentent pour le peuple toutes les lois votées depuis 2015 et mêmes celles en cours à commencer par la Loi de finance 2017 qui va détruire, à en croire ses dires toutes les normes économiques et sociales du pays.

Une loi qu’elle qualifie de guerre déclarée contre le peuple de par les mesures qu’elle prévoit, à limage du gel des primes ou encore celui des postes de travail. Idem pour le projet de loi du travail ou encore celui de la Santé, qui selon elle, vont en contre sens de ce qui pourrait être profitable pour les travailleurs.

Rigueur fiscale dans les wilayas

Louisa Hanoune va même jusqu’à prédire que la réunion prévu demain entre le gouvernement et les 48 walis a été prévue dans le but de consacrer plus de rigueur fiscale dont seul payera les frais le simple citoyen.

Le gouvernement est en train à en croire l’oratrice « d’asphyxier le peuple « . En recourant notamment à un endettement extérieur, elle citera à ce sujet le prêt que prévoit de contracter le gouvernement auprès de la banque africaine.

Louisa Hanoune dans une tentative de se dédouaner de ses prises de positon antérieures a, toutefois, vanter les mérites des politiques entreprises entre 2008 et 2014 qui, selon elle, ont permis à l’Algérie de sortir indemne des bouleversements ayant touché les pays arabes.

Concernant les prochaines joutes électorales, la présidente du parti des Travailleurs a refusé de trop s’étaler sur le sujet. Elle se contentera de dire que cela n’est guère dans les priorités de sa formation politique et qu’elle préfère ne pas perturber les mouvements des travailleurs en référence aux grèves qui secouent actuellement plusieurs secteurs.

Elle ose même faire un rapprochement entre cette situation et celle à l’origine de la défaite du camp démocrate conduit par la malheureuse candidate à la présidentielle américaine de mardi dernier.

Les même causes, dira-t-elle étaient à l’origine de la colère des électeurs américains lesquels ont fini par jeter leur dévolu sur Trump. Un vote qui doit sonner, selon Hanoune, comme un avertissement au monde entier. L’élection de Trump n’est dira elle que la réaction violente du peuple américain.

Concernant la crise des cours du pétrole, l’oratrice dira que cette situation est l’œuvre, de l’organisation de l’Etat islamique (Daech). Cette organisation, a dit, l’oratrice, prend en otage d’importants puits de pétrole en Irak et en Libye d’où elle puise les hydrocarbures qu’elle arrive à écouler (exporter) sans aucun problème explique-t-elle encore.

Elle insistera d’ailleurs pour dire que cette organisation est la cause principale d’une situation mondiale très compliquée. Pour elle, les Etats unis sont en train de mener le monde vers un désordre. « L’élection de Trump inquiète la plupart des pays occidentaux, européens en particuliers « , dira-t-elle en substance. 

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email