-- -- -- / -- -- --
Nationale

Handicapés cherchent moyens

Handicapés cherchent moyens

Le Centre psychopédagogique de jour baptisé « Innocence », créé en 1993 constitue la quatrième structure du genre au niveau de la wilaya de Ghardaïa, après ceux d’El-Atteuf, de Daïa et de Metlili. Ce centre active en dépit des moyens financiers extrêmement limités, dont il dispose.

Il propose une nouvelle approche dans la prise en charge de cette catégorie sociale de malades avec un personnel spécialisé et des soins innovants dans le respect de la dignité des malades.

Depuis le lancement de ce centre de soins psychothérapeutiques, l’affluence de l’ordre de 97 patients à ce jour a dépassé toutes les attentes, selon les responsables du Centre. Un psychiatre, un psychologue et un staff médical de trois infirmières y activent, reçoivent ces patients de 5 à 45 ans, mais dont l’état est stable et qui ne nécessite pas une hospitalisation à plein temps.

Ce n’est qu’une goutte d’eau dans un océan, mais ce n’est qu’un début. Opérant sous forme d’association, ce centre psychopédagogique est encadré par 35 personnes, toutes spécialités confondues.

Chacune d’elles a une tâche bien précise : une parfaite prise en charge de ces malades. Interrogé sur les conditions de la gérance du centre, son directeur,Mohamed Tazebint, a dans sa déclaration énuméré une multitude de difficultés, notamment financières.

Cet établissement a atteint des proportions alarmantes et se trouve dans une situation épouvantable, dit-il. Tout d’abord, l’aspect financier.
Il n’arrive plus à supporter les faramineuses dépenses quotidiennes. Il signale que ce centre est menacé de fermeture pour manque de moyens, précisant que le nombre d’enfants en situation de handicap mental est en augmentation constante.

M. Tazebint a ainsi mis en garde contre la détérioration de la situation de ces enfants et leur abandon en cas de fermeture. Lors de l’interview, il revendique des solutions « urgentes, tangibles et pratiques » aux problèmes que rencontre ce centre, et a appelé à ce que la question du handicap des attardés mentaux soit placée parmi les « priorités nationales et locales ».

Il a également exhorté le gouvernement à consacrer un budget spécial pour une parfaite prise en charge de ces enfants et à élargir la base des bénéficiaires des services spéciaux dédiés à ces enfants.

Il appelle le wali, Azzedine Mechri, et le directeur de la DAS/Ghardaïa à revoir les conditions de la gestion des fonds de ce centre, tout en exprimant le souhait de bénéficier d’une convention qui tienne compte aussi bien des spécificités de la prise en charge des personnes en situation de handicap d’attardé mental que des conditions socioéconomiques de leurs familles, des particularités du centre, de ses structures et de ses classes intégrées.

Face à cette situation, l’ensemble de la direction du centre psychopédagogique « Innocence » de Ghardaïa lance un appel d’urgence au ministère des Affaires sociales, de la solidarité et de la Famille pour débloquer une subvention d’appui pour ce centre, afin de sauver la scolarité de ces enfants handicapés qui s’aggrave sensiblement.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email