-- -- -- / -- -- --
Nationale

Hamel : «Plus aucun policier dans les stades»

Hamel : «Plus aucun policier dans les stades»

Afin de mettre fin à toute forme de violence dans les stades, la Direction générale de la Sûreté nationale a organisé, hier au niveau de l’Ecole de police de Soumaâ, dans la wilaya de Blida, un séminaire régional, non pas pour sensibiliser, puisqu’elle le faisait déjà par le passé, mais pour expliquer aux cadres de la Sûreté nationale la loi dans toute sa rigueur.

D’ailleurs, le général Hamel a tenu à le rappeler : « Nous avons détaché des cadres de la police au niveau des clubs de D1 et de D2. Néanmoins, ces cadres n’ont pas compris leur mission. Devant certains problèmes, ils ont pris l’initiative de les régler à l’amiable.

Plus jamais cela. J’insiste pour le rappeler : tout fauteur de troubles doit être systématiquement présenté à la justice. » Devant les présidents de club de D1 et de D2 qui ont assisté à ce séminaire, le ministre des Sports, Mohamed Tahmi, et celui de la Jeunesse, Abdelkader Khomri, ont également évoqué les moyens à utiliser pour éradiquer « ce fléau négatif qui touche à tous nos progrès et nos acquis, sur le plan politique, social et culturel », dira ce dernier. Il rejeta à son tour toute forme de violence, que ce soit dans les stades ou ailleurs, et cela après le retour au calme et à la stabilité du pays, après ce qui a été appelé la décennie noire.

Et d’ajouter à son tour : « Il ne s’agit pas d’une sensibilisation contre la violence mais de l’application pure et simple de la loi ». Mais il reconnaît, d’un autre côté, que l’oisiveté peut engendrer plusieurs fléaux, comme celui de violence. Quant au ministre des Sports, il a tenu à affirmer qu’une nouvelle loi comportant 6 articles, avec des dispositions législatives et des sanctions pénales, est en voie de finalisation et sera bientôt soumise au conseil du gouvernement pour approbation. 

Tahmi a réitéré son désir de voir se retirer des tribunes les agents de police et de les remplacer par des stadiers .« Ils (les stadiers) seront formés et auront des tâches bien précises à accomplir à l’intérieur de l’enceinte footballistique. D’un autre côté, ajouta-t-il, la riposte à cette violence est l’affaire de tous et non pas des services de sécurité seulement ». Il apporta les explications à cela en disant : « Nous aimerions bien voir les jeunes dans nos stades mais qu’ils soient accompagnés d’un parent. Il ne sera plus toléré au jeune mineur de pénétrer dans le stade sans être accompagné ».

Avant lui, M. Hamel a rappelé la rencontre qui a eu lieu le 02 février 2011 et qui s’est tenue en présence d’experts internationaux, et les recommandations dégagées à l’issue de cette journée, comme il a rappelé la loi 13/05 du 23 juillet 2013 relative aux missions des services de la Sûreté nationale. Et pour montrer que ses éléments sont déterminés à appliquer rigoureusement les lois de la République, il déclara : « La mort du joueur camerounais a fait réagir les instances nationales et internationales. »

Insistant dans sa déclaration, il ajouta : « La police a pour mission de protéger les biens publics et privés et d’appliquer la loi dans toute sa rigueur. » Avant de conclure, le DGSN a tenu à rappeler que par le passé les supporters entraient au stade tôt le matin et assistaient aux rencontres entre les différentes catégories. Le supporter pouvait apaiser sa faim en se ravitaillant aux buvettes. « Maintenant, il rentre au stade et ne fait rien. Que lui reste-t-il à faire ? se demanda M. Hamel, avant de d’y répondre : « Les psychotropes qu’il a dans sa poche et le policier qui représente l’autorité. Je lance un appel au ministère des Sports pour revoir cette affaire de matchs d’ouverture et de buvettes. » La suite des travaux s’est déroulée à huis clos.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email