-- -- -- / -- -- --
Nationale

Hallet au Jeune indépendant:«Un congrès de rassemblement au FFS est plus qu’exigé»

Hallet au Jeune indépendant:«Un congrès de rassemblement au FFS est plus qu’exigé»

De plus en plus d’anciens responsables du FFS réclament un congrès extraordinaire de réconciliation qui réunirait tous les exclus du parti. Rachid Hallet, ex-membre de l’instance présidentielle contacté par le Jeune Indépendant est d’avis d’aller au plus vite à un congrès extraordinaire : « Je suis d’accord pour un congrès de réconciliation qui rassemblerait tous les exclus du parti », dit-il.
Il demande dans la foulée à la direction actuelle un « compromis » salvateur entre les différentes factions pour le bien du parti et milite pour l’existence de « courants » au sein de la formation. « Avant mon exclusion du parti j’ai demandé à la direction de convoquer les membres conseil national afin de leur exposer notre différend. Elle a refusé ! » dit-il.
Il a donné des pistes susceptibles d’atténuer les effets de la crise, et qui participeraient à la réconciliation des militants ou responsables exclus du parti depuis la première vague qui a vu les Said Khellil, Mustapha, Boualem Zenati, Ahmed Djeddai et tant d’autres sortis par la petite porte. Un congrès du plus grand rassemblement de toutes les énergies “est mon seul credo”, dit-il.
Ce grand parti d’opposition, historique, (créé au début des années 1960) disposant d’une notoriété importante et d’une expérience significative de la vie politique, est aujourd’hui à la croisée des chemins : mourir de sa belle mort ou se régénérer, mais en gardant intacts ses repères historiques incarnés et défendus par son leader charismatique feu Hocine Ait Ahmed.
Au-delà, il a été question de l’avenir du parti, sur lequel plane encore une sérieuse menace de disparition. Ce sont les principes fondateurs mêmes du parti qui semblent menacés par certains « oligarques ».
Auparavant, des militants ont annoncé leur démission du parti pour protester contre la nouvelle ligne politique et le fonctionnement du parti : « On est dans un processus qui n’est pas démocratique ; cest de la politique à l’ancienne, car c’est décidé par une sorte de politburo qui va avoir besoin des adhérents uniquement pour sa réélection » a indiqué un militant. Ils estiment ainsi que « le temps aurait dû être aux bilans, à l’analyse, à la confrontation avec d’autres points de vue.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email