-- -- -- / -- -- --
Nationale

Habitat : Un candidat à la présidentielle promet la fin de la crise du logement

Habitat : Un candidat à la présidentielle promet la fin de la crise du logement

L’accès au logement est devenu un vrai casse-tête chinois pour les différents détenteurs du portefeuille du ministère de l’Habitat, qui ont tous mijoté des politiques de réduction de la crise, et des stratégies urbaines qui, aujourd’hui sont bien inefficaces pour lutter contre un phénomène social et économique qui, en définitive, les dépasse.

Et tous, sans exception et jusqu’à l’actuel ministre, trouvent comme par miracle des remèdes et des solutions conjoncturelles, sans réelles études sociologiques, démographiques ni économiques, et surtout sans impact social réel sur la demande en logements, au détour de formules racoleuses justes bonnes le temps d’un mandat présidentiel, ou pour appeler les postulants à un “35m2” à aller voter le 12 décembre prochain. Sinon comment interpréter cette autre formule, cette trouvaille géniale d’un ministre, qui risque de partir dans moins de trois mois, à travers le Logement locatif promotionnel (LLP), si ce n’est pas une fuite en avant quant à la vraie gestion de la crise de l’habitat dans un pays qui a vu, en moins de 10 ans, au moins cinq formules d’accès au logement.

Certes, le caractère politique de la nouvelle formule ne fait aucun doute, puisqu’il existe déjà sur cette niche la formule, réservée aux hauts salaires, du logement promotionnel public(LPP). Est-on en train de jouer en inventant une formule similaire, le Logement locatif promotionnel, qui est en pratique la même chose sous des formulations différentes ?

Et, puisqu’on a le logement location-vente avec la formule AADL, dont le pendant pour les catégories sociales aisées est le LPP, il y a aujourd’hui le Logement public aidé pour les bas salaires et le Logement locatif promotionnel pour les hauts salaires. Quel inextricable situation, avec des formules bizarres, qui ne parviendront pas à résorber la crise de l’habitat, mais juste exacerber une demande en forte hausse dans un pays où le taux de croissance démographique moyen (+2%) est le plus haut du monde, avec un taux de naissances encore plus inquiétant.

Alors, est-on capable dès lors de vaincre la crise de logement avec des formules étranges et techniquement impossibles à réaliser ?

Selon Abdelmadjid Tebboune, un des 135 candidats à la présidentielle du 12 décembre prochain, ex-Premier ministre et inventeur de la formule logements en location-vente, la crise du logement peut-être vaincue. Il avait même en mai 2016 fanfaronné, alors ministre de l’Habitat, qu’ “en 2018, la crise du logement sera vaincue”. Se basant sur de simples calculs arithmétiques ‘’basic’’, il affirme que le Gap de trois millions de logements constaté à l’arrivée du président Bouteflika en 1999 est en train d’être effacé. ‘’Par rapport à ce qui a été lancé, il y a un GAP de 750 000 logements. La crise du logement en Algérie en 2014 se résumait à 750 000 logements. Elle a régressé, et ce qui reste de la crise qui était de plus de trois millions de logements, (sur la base d’un) premier constat qui était de plus de 3 millions de demandes non satisfaites, on en est aujourd’hui à 350 000 demandes’’, expliquait alors Tebboune, selon lequel ‘’c’est un chiffre qui restera identique pendant des années’’, en dépit du facteur démographique. Pour Tebboune, il y avait alors un léger stock de 350 000 demandes de logements non satisfaites, qui réduit considérablement la pression de la crise du logement. Et voilà un beau tour de “passe passe” politique au plus fort de la gestion Bouteflika, des projets à forte plus-value pour les entrepreneurs et proches de son cercle restreint.

Aujourd’hui, on revient à des formules d’accès au logement tout aussi inadaptées aux réalités sociales qu’agressives des espaces agicoles et d’un environnement précaire, avec la réalisation de grands ensembles semi-urbains en plein vergers, notamment à Bouinan, dans la wilaya de Blida.

Abdelmadjid Tebboune, candidat à l’élection présidentielle de décembre prochain, est-il dès lors crédible, lui qui a tenté de vendre un mirage, celui de la fin de la crise du logement dans un pays où les bidonvilles fleurissent à côté de grands ensembles urbains ?

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email