-- -- -- / -- -- --
Nationale

Guitouni : «La nouvelle loi sur les hydrocarbures plus attractive»

Guitouni : «La nouvelle loi sur les hydrocarbures plus attractive»

Le ministre de l’Energie a affirmé que l’amendement de la loi sur les hydrocarbures, qui sera prête au début de 2019, a pour but de rendre l’investissement en Algérie plus attractif.

En effet le ministre, qui s’exprimait en marge de sa participation à la conférence mondiale sur le gaz à Washington, a indiqué que « cette révision a été motivée par le besoin de s’adapter au nouveau contexte international ». Il a expliqué que la chute drastique des prix du brut a poussé de nombreux pays producteurs à revoir leurs codes des hydrocarbures pour continuer à attirer les investissements, apprend-on de l’Agence officielle. De ce fait, « la prochaine loi sur les hydrocarbures, rendra l’investissement dans le domaine minier algérien plus attractif et adapté au contexte international, tout en préservant les intérêts économiques du pays », précise-t-il.

 C’est dans le même sillage qu’il indiqué que la donne a changé.
« Actuellement ce sont les pays producteurs qui sont en quête d’investissements étrangers, ce ne sont plus les entreprises qui se bousculent pour l’investissement à l’international », souligne-t-il.
Et d’ajouter : « Il faut se mettre au diapason et épouser cette dynamique », rappelant l’exemple de plusieurs pays producteurs qui ont dû revoir leurs lois pour accompagner cette évolution.
S’agissant de la règle 51/49, Guitouni a précisé que cette disposition « ne pose pas de problème aux investisseurs étrangers ».

C’est plutôt l’aspect fiscal de la loi et les lenteurs administratives qui semblent ne pas plaire aux compagnies étrangères. « Outre la fiscalité, il y a aussi une bureaucratie devenue obsolète », a poursuivi le ministre, qui a fait savoir que l’une des principales doléances des groupes pétroliers porte sur les délais relativement longs entre le dépôt du permis de prospection et l’exploitation. La réduction de ces délais engage aussi plusieurs secteurs, a-t-il soutenu. C’est dans ce sens qu’il a indiqué que son secteur a pris note de l’ensemble des doléances formulées lors des portes ouvertes organisées par l’Agence nationale pour la valorisation des ressources en hydrocarbures. Le ministre de l’Energie a par ailleurs relevé que ce nouveau texte devrait « aller dans le sens d’un partage de production qui induit par conséquent un partage de risques », tout en signalant que le texte est à l’étude et qu’aucune décision n’a été prise à ce sujet.

 La conférence mondiale sur le gaz était aussi une occasion pour le PDG de Sonatrach, Abdelmoumen Ould Kaddour, de s’entretenir, entre autres, avec le patron d’ExxonMobil, Darren Woods, ainsi qu’avec son homologue de BP, Bob Dudley. Avec ce dernier, le patron de Sonatrach dit : « Nous avons passé en revue l’ensemble des projets et évoqué la possibilité de développer de nouveaux partenariats ». Cette rencontre revêt une grande importance, car selon le ministre de l’Energie, « elle a permis à la délégation algérienne de rencontrer de grands opérateurs, avec lesquels elle a échangé sur la promotion du partenariat ainsi que sur l’amendement de la loi sur les hydrocarbures, qui devrait doper les investissements dans ce secteur ».

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email