-- -- -- / -- -- --
Nationale

Grogne à Tizi Ouzou des enfants de chouhada

Grogne à Tizi Ouzou des enfants de chouhada

Conformément à leur décision arrêtée jeudi 26 janvier 2017 à l’issue de leur réunion tenue à la maison de la Culture Mouloud-Mammeri (voir notre édition n° 5687 du 28 janvier 2017), les enfants de chouhada affiliés à la Fédération des fils de chouhada (FFC), présidée par Mustapha Oudiaï, ont organisé jeudi dernier un sit-in devant le siège de la wilaya pour soumettre aux pouvoirs publics leur plate-forme de revendications portant sur l’application dans sa globalité de la loi sur le moudjahid et le chahid.

Le rassemblement, voulu par les organisateurs « pacifique », a failli tourner cependant en une action très fâcheuse. Heureusement que les organisateurs, dont Mustapha Oudiaï et certains de ses collaborateurs, ont calmé les esprits.

L’intervention de la première responsable de la 2e sûreté urbaine, Mme Rachida Aouicha, a considérablement contribué à apaiser la tension. La colère et la frustration des manifestants ont augmenté d’un cran quand ils apprirent que le wali, Mohamed Bouderbali, n’était pas à son bureau pour recevoir leur délégation.

En effet, Mohamed Bouderbali, pourtant informé depuis longtemps du sit-in des enfants de chouhada devant la wilaya, a quitté son bureau tôt dans la matinée pour effectuer une visite programmée sur le terrain.

Les différents intermédiaires entre les responsables de la wilaya et les manifestants ont assuré au président de la FFC que le chef de cabinet du wali pouvait bien les recevoir, mais celui-ci a rejeté cette initiative puisque, pour lui, leurs doléances ne peuvent être exprimées qu’en direction du wali.

C’est aussi à ce moment-là que certains manifestants ont essayé de faire un forcing en tentant de percer le barrage de la police dressé devant le portail donnant accès à la wilaya.

C’est à ce moment-là aussi que Mustapha Oudiaï et ses camarades, ainsi que la première responsable de la 2e sûreté urbaine, ont préféré faire valoir la sagesse et le calme au lieu de la manière forte. C’est de cette manière que Mme Aouicha a ainsi réussi à convaincre les plus récalcitrants de rester calmes et de ne pas tenter une quelconque action qui pouvait avoir des conséquences regrettables.

Tôt dans la matinée, le président de la FFC avait évoqué la question des logements de la localité d’Oued- Felli soumise au ministre des Moujahidine. Et la colère montera encore une fois de plusieurs crans quand l’assistance apprendra de la bouche de son président que des logements construits à Oued-Falli ont déjà été attribués à leurs bénéficiaires.

C’est donc en révoltés que les enfants de chouhada se sont ensuite dirigés au lieu du sit-in. Dans une lettre adressée au ministre des Moudjahidine, la FFC le sollicite en premier lieu de « se pencher sérieusement sur le cas des enfants de chouhada et trouver une solution rapide à sa plate-forme de revendications en notre possession ».

La FFC rappelle également au destinataire de la missive que les lettres de rappel du 29 mars 2016 et du 11 mai 2016 n’ont pas obtenu l’effet escompté, en dépit de la délégation de trois personnes qu’il a dépêchée sur le terrain pour s’enquérir de la situation des enfants de chouhada.

« Nous regrettons qu’à ce jour aucune suite n’a été réservée à nos revendications légitimes … « , peut-on encore lire dans la lettre de la FFC, avant de préciser qu’ »à titre indicatif, lors de votre visite à Tizi-Ouzou en date du 28- 02-2015, un dossier de nos revendications vous a été remis en mains propres ». Notons enfin que dans cette missive du 15 février 2017, la plate-forme de revendications a été jointe en annexe.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email