-- -- -- / -- -- --
Nationale

Grine : «Nous ne laisserons pas mourir les journaux structurés»

Grine : «Nous ne laisserons pas mourir les journaux structurés»

Le ministre de la Communication, Hamid Grine, se place désormais comme le sauveur de la presse écrite en difficulté financière provoquée par le manque flagrant de publicité.

Évoquant les péripéties de la presse écrite, lors d’un point de presse animé en marge de la conférence sur le parcours de la presse écrite, le ministre fait savoir à l’assistance qu’il refusera catégoriquement la disparition des journaux structurés qui ont plus de cinq ou six ans.

« Des instructions, dira-t-il, sont données au PDG de l’Anep pour faire un dispatching équitable de la publicité de manière à ne pas laisser mourir les journaux et dans la limite des moyens « .
Et d’ajouter : « En l’absence d’annonceurs, même s’il faut donner le minimum, soit une demi et ou un quart de page, l’essentiel est d’éviter le pire « .

Le ministre a par ailleurs souligné que souvent « l’Anep est confrontée à un manque de publicité et doit donc équilibrer le dispatching entre les uns et les autres ».
S’agissant des télévisions privées, il a affirmé que ces chaînes sont en phase de conformité avec la loi.

Il dira aussi qu’une réorganisation s’impose tout autant pour les sites web que pour les réseaux sociaux où des textes sont à l’étude pour l’organisation conforme aux technologies de l’information et de la communication. Il saisira cette occasion pour annoncer que « le nombre des chaînes de télévision pourra augmenter à une dizaine, à condition dira-t-il, de respecter le cahier des charges qui sera élaboré pour l’audiovisuel ».

Pondéré dans ses réponses, objectif et très sûr de sa stratégie mise en place pour le maintien des titres anciens, notamment, et surtout pour la stabilité des journalistes qu’il salue, le ministre démontre lors de ce point de presse la maîtrise d’un secteur névralgique et tant secoué par des événements qui se sont succédé des années durant, notamment le terrorisme. Le ministre parle de la bataille du professionnalisme et il estime à ce propos que « la presse écrite s’est développée ces dernières années.

Un changement perceptible a été enregistré depuis l’année 2014 à ce jour ». En réponse à une question sur les consultations entreprises par le Premier ministre pour la composition des nouveaux membres du gouvernement, Hamid Grine a affirmé que « ce qui s’écrit concernant le changement du gouvernement relève de la spéculation et que seul le président de la République dispose des prérogatives de changement ».

Il affirme par ailleurs que « les membres du gouvernement poursuivent leur mission ». Estimant qu’il faut d’abord l’installation des nouveaux membres de l’APN et un communiqué dans ce sens ».

Le ministre lance un appel aux journalistes pour plus de prudence et la vérification des informations pour ne pas s’adonner à la spéculation gratuite.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email