-- -- -- / -- -- --
Nationale

Grine met en garde les correspondants des médias étrangers

Grine met en garde les correspondants des médias étrangers

Le ministre de la Communication, Hamid Grine, a appelé jeudi à Alger, les correspondants des chaînes et des journaux étrangers à respecter l’éthique de la profession. Lors d’une conférence de presse à l’issue d’une rencontre sur « l’éthique de l’information », faute de quoi ils se verront retirer leurs « accréditations », a fait savoir le ministre.

« La position du gouvernement algérien en la matière est claire et ne changera pas », a affirmé M. Grine, soutenant que son ministère « ne reculera pas devant la violence, l’insulte et la diffamation ». Il a souligné que l’Etat algérien avait le droit de ne pas renouveler l’accréditation des correspondants des chaînes et des journaux étrangers qui insultent, diffament ou usent de violence verbale ou écrite, ajoutant que « les correspondants étrangers doivent respecter les règles ».

Par ailleurs, le ministre de la Communication a annoncé qu’il rendrait public un communiqué qui rappelle aux correspondants des chaînes et des journaux étrangers en Algérie« la nécessité de respecter les lois algériennes et l’éthique de la profession et d’éviter l’insulte, la violence et la diffamation, faute de quoi ils se verront retirer leurs accréditations ».

Le ministre de la Communication réagissait au non renouvèlement de l’accréditation du journaliste Boualem Goumrassa, correspondant du journal saoudien Echark el Awsat, édité à Londres. Boualem Goumrassa s’est déjà illustré pour ses écrits hostiles au pouvoir.

« L’autorité habilitée est en droit de ne pas reconduire le renouvellement de l’accréditation lorsque le bénéficiaire outrepasse, de par ses agissements, le cadre purement professionnel pour lequel cette accréditation lui a été attribuée », a affirmé Hamid Grine dans un communiqué. Le ministre a rappelé que des accréditations ont été accordées à plus de 100 correspondants de plus de 50 médias de droit étranger, représentant 19 pays.

Hamid Grine tient à ce que ces journalistes exercent librement, mais « dans le respect des lois de la République et des règles de la profession, de l’éthique et de la déontologie ».
Par ailleurs, le ministre de la Communication, a indiqué que la concrétisation du projet du président de la République, Abdelaziz Bouteflika, relatif à la professionnalisation de la presse se poursuivra « quelles que soient les circonstances ».

« Nous concrétiserons le projet du président de la République relatif à la professionnalisation de la presse quelles que soient les circonstances », a souligné M. Grine lors d’une conférence de presse à l’issue d’une rencontre sur « L’éthique de l’information », précisant que cela « interviendra dans les six ou huit prochains mois ».

La professionnalisation de la presse passe par la formation, l’éthique et la conscience, a-t-il soutenu. Evoquant la formation, il a regretté qu’un nombre réduit de journaux consacrent 2% de leurs recettes à la formation, comme le prévoit la loi. 

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email