-- -- -- / -- -- --
Nationale

Grine : La loi sur la publicité jugulera l’anarchie

Grine : La loi sur la publicité jugulera l’anarchie

Le ministre de la Communication, Hamid Grine, a annoncé hier que la loi sur la publicité et le sondage pour réguler ce secteur marqué par « l’anarchie » est prévue pour très bientôt.

« Ces décrets, qui devraient paraître au plus tard en janvier 2015, permettront d’encadrer les agences de publicité, de réguler le marché publicitaire et de professionnaliser ce domaine marqué par l’anarchie et le désordre », a-t-il déclaré hier à la presse en marge des Journées euromaghrébines de la communication publicitaire qui se déroulent à Alger.

Pour le ministre de la communication, ce domaine, quand bien même il est commercial, devrait répondre à certains règles d’éthique dont la transparence et la crédibilité.
Selon le ministre, les nouveaux textes de loi imposeront également certains critères aux personnes qui souhaiteraient créer leurs propres entreprises de communication.

Il a affirmé dans ce sens que toute personne prétendant ouvrir une agence de communication et de publicité doit désormais répondre aux compétences et au profil requis. Abondant dans le même sens, le patron de RH, Communication, Rachid Hassas, a mis l’accent sur la nécessité d’encadrer les agences publicitaires à travers des textes législatifs qui protègent le consommateur tout en garantissant la liberté de la création publicitaire. 

« Il existe actuellement 3 000 agences de communication qui se partagent le marché en Algérie, dont seulement une trentaine d’agences professionnelles », a-t-il indiqué, « D’où la nécessité de l’encadrement juridique pour mettre de l’ordre dans ce grand désordre », a-t-il poursuivi. Selon lui, le paysage publicitaire en Algérie manque énormément de stratégie de communication, d’où la stagnation du marché publicitaire qui ne dépasse pas plus de 50 millions de dollars contre 150 millions au Maroc.

Selon Hassas, la croissance du marché publicitaire est tributaire de l’organisation du secteur. Pour sa part le directeur de la communication au ministère du Commerce, Hocine Ambès, a regretté le retard de l’Algérie dans ce domaine en regrettant l’inexistence d’un plan de communication. D’où l’incapacité de son secteur de vendre l’image de l’Algérie à l’extérieur malgré l’importance de ce secteur porteur qui représente 9 % du PIB au niveau mondial.

Il a affirmé cependant que le gouvernement compte rattraper ce retard à travers l’adoption d’un plan qualité touristique de la destination Algérie en 2030. « Nous comptons élaborer pour cela un plan de communication et nous faisons appel aux compétences nationales et étrangères pour nous aider dans notre démarche », a-t-il dit. Il a annoncé dans ce contexte l’intention du ministère de lancer un appel à manifestation d’intérêt à partir de 2015, en collaboration avec l’Union européenne, pour la réalisation d’un plan de communication pour le ministère du Tourisme.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email