-- -- -- / -- -- --
Nationale

Grine exhorte les journalises à éviter de propager le pessimisme

Grine exhorte les journalises à éviter de propager le pessimisme

Le ministre de la Communication, Hamid Grine a appelé jeudi à Alger les journalistes à observer les règles de déontologie de presse et s’écarter des discours « pessimistes » de nature à démoraliser et décourager le citoyen.

S’exprimant lors d’une session de formation organisée par son département ministériel au profit des professionnels de la presse à l’école nationale supérieure de journalisme (ENSJ) le ministre a indiqué que “le journaliste doit observer les règles d’éthique professionnelle et s’écarter des discours pessimistes et alarmistes de nature à démoraliser le citoyen”. Il s’agit, selon Grine, que les médias de s’adonnent pas à une propagande qui noircit le tableau et conduit au désespoir. 

Le ministre s’est étonné par rapport au passage sous silence d’informations de nature à remonter le moral des algériens notamment les grandes réalisations accomplies sur le terrain, “Je me demande pourquoi de nombreux médias passent sous silence les grandes réalisations accomplies sur le terrain dans différents domaines alors qu’ils se font le relais d’une grève de 10 employés dans certaines entreprises”, a déclaré M Grine, en ajoutant que le citoyen algérien a le droit à une information “fiable et objective”, en rappelant les sessions de formation destinées à différentes catégories de la société civile en tant que consommateur d’information.

C’est dans cette optique que deux sessions de formation ont été organisées à Constantine et Oran, a soutenu le ministre annonçant la tenue d’une 3ème à Annaba, le 8 février prochain.

Ces formations encadrées par les responsables d’organes de presse publics seront prochainement généralisées dans tout le territoire national, a assuré M. Grine faisant savoir que son ministère avait organisé plus de 20 sessions de formation au profit des professionnels de la presse. Pour le ministre, il n’y pas de différence entre les journalistes du secteur public et ceux de la presse privée.

Le premier responsable du secteur a pointé du doigt les organes de presse qui n’accordent pas l’intérêt qu’il faut à la formation continue de leurs journalistes en dépit des mécanismes juridiques qui prévoient l’obligation de consacrer 2% des ressources financières de l’établissement à la formation.

Hamid Grine a également annoncé que « le ministère de la Communication a adressé une correspondance au ministère de l’Intérieur et des Collectivités locales pour faciliter l’accomplissement des missions des journalistes titulaires de la carte professionnelle de journaliste dans toutes les wilayas du pays ». 

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email