-- -- -- / -- -- --
Nationale

Grine appelle les journalistes à être des acteurs de changement

Grine appelle les journalistes à être des acteurs de changement

Tout en réitérant sa volonté de professionnaliser la presse algérienne, le ministre de la Communication, Hamid Grine, a appelé les journalistes à avoir, dans la pratique quotidienne de leur métier, la volonté de changer les choses dans l’intérêt de leur profession et dans celui du pays. Intervenant à Oran en marge d’une conférence sur « la déontologie du journaliste à l’épreuve du scoop et du sensationnel », présentée par le professeur Mohamed Ridha Najar,

Le ministre a suivi la conférence de, Mohamed Ridha Nadjar, expert et consultant en communication de l’Institut de presse et des sciences de l’information de Tunis. Le ministre a estimé que la professionnalisation de la presse ne consiste pas à « recouper » et « sourcer » une information, mais également à avoir « une éthique et une déontologie ».

« Le journaliste, par son professionnalisme, doit se soustraire aux tentations de l’information facile et approximative », a-t-il recommandé en rappelant dans ce contexte le concept de « cercle vertueux de l’éthique », dont il avait parlé en juin dernier et auquel devrait adhérer l’ensemble des acteurs impliqués dans la chaîne de l’information. « Les journalistes doivent opter pour un changement dans l’exercice de leur métier, sinon, notre projet n’aura aucune incidence et aucun impact sur le terrain », a-t-il prévenu.

Pour Hamid Grine, la professionnalisation de la presse passe nécessairement par la formation, mais également par la mise en place des différents organes par la loi, a t-il ajouté. Il a souligné sa détermination à mener jusqu’au bout le projet de professionnalisation de la presse. « Aucun jet de pierre ne pourrait m’arrêter dans cette démarche », a-t-il assuré. 

Concernant la carte nationale de journaliste professionnel, le ministre a indiqué que « 950 dossiers sont au niveau de la commission provisoire chargée de la délivrance de ce document ». « L’établissement de cette carte est une grande victoire pour nous », s’est-il félicité, en soulignant que ce document permettra un accès aux sources d’information du fait que son détenteur est authentifié comme étant un journaliste professionnel.

A propos des créances détenues sur les titres de presse, il a été intransigeant. « Il faut récupérer les créances qui sont détenues sur les titres de presse », a-t-il dit en ordonnant au directeur général de la société d’impression d’Oran (SIO), lors de sa visite au siège de cette société étatique, d’établir aux titres de presse endettés un échéancier de un à deux ans pour pouvoir équilibrer les comptes de gestion de l’entreprise.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email