-- -- -- / -- -- --
Nationale

Grèves dans les campus: La main tendue de Hadjar

Grèves dans les campus: La main tendue de Hadjar

Le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Tahar Hadjar, a tendu la main aux organisations  estudiantines les invitant aux dialogue au lendemain d’un appel à une grève dans les campus le 14 janvier prochain.
Hadjar a indiqué, lors d’une réunion avec les représentants de neuf organisations estudiantines au siège du ministère, que les portes du dialogue sont ouvertes à toute entité ayant pour vocation de représenter les étudiants et défendre leurs droits, mais qui active dans un cadre officiel réglementaire.
A propos des grèves des dernières semaines, le ministre a déclaré que les grévistes qui ont fermé les portes des universités seront traduits en conseil de discipline et risquent même d’être déchus de leur statut d’étudiant. Sur la question relative à la situation des diplômés issus des Ecoles normales supérieures (ENS), Hadjar a indiqué que leur réclamation portant possibilité d’enseigner dans leur wilaya d’origine a été évoquée avec la ministre de l’Education nationale, mais il s’avère que certaines wilayas sont suffisamment pourvues dans certaines matières.
Il a appelé les organisations revendiquant cette mesure, irréalisable dans l’immédiat, à être logiques et raisonnables. Le ministre s’est adressé également aux grévistes appartenant à d’autres disciplines afin qu’ils rejoignent les bancs universitaires, car ils risquent une année blanche ou de voir ajourner leur année universitaire à cause des modules non validés (moins de 70% du programme arrêté).
Devant la forte présence de la presse nationale, le ministre de l’Enseignement supérieur a saisi l’occasion pour souligner le rôle prépondérant des médias et les appeler, en tant que faiseurs d’opinion, à vérifier et croiser les informations recueillies et les identités des personnes intervenant via ces canaux. Il a signalé dans ce cadre que certaines chaînes de télévision sont devenues « le relais » de quelques personnes qui se font passer, de manière illégale, pour des représentants des organisations estudiantines. 

Pour sa part, le secrétaire général de l’Union nationale des étudiants algériens (UNEA), Abdelatif Omar Boudiaf, a déclaré que cette réunion sera consacrée aux préoccupations de l’ensemble des étudiants, notamment celles liées aux opportunités de travail. L’orateur a précisé dans la foulée qu’il sera étudié avec la tutelle la possibilité de multiplier les ponts entre l’université et le monde de l’emploi, en vue d’augmenter les potentialités de recrutement et les élargir en dehors du secteur public.
 En réponse à la question de la participation au mouvement de grève prévu le 14 janvier, le SG de l’UNEA a affirmé que son organisation n’est pas concernée par cette grève, du moment que les canaux du dialogues sont ouverts avec tous les responsables du secteur. Il a jugé « incapable » toute formation estudiantine adoptant la grève comme première solution et que la situation ne nécessite pas le recours à ce genre de réaction. En ce qui concerne les œuvres universitaires, Boudiaf a relevé qu’en tant que représentant, il proposera le financement direct au profit de l’étudiant, car ce dernier ne bénéficie que d’une infime partie des budgets colossaux dégagés en la matière.
A titre d’information, cette rencontre s’inscrit dans le cadre des réunions périodiques et ordinaires dont l’objectif est d’exposer les préoccupations des étudiants durant toute l’année, et soulever les différents problèmes afin d’y trouver des solutions. 

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email