-- -- -- / -- -- --
Nationale

Grève-surprise des enseignants du primaire

Grève-surprise des enseignants du primaire

Une grève-surprise a été déclenchée ce dimanche par les enseignants du cycle primaire dans plusieurs établissements scolaires du pays. Des rassemblements ont été organisés devant les directions de l’éducation pour dénoncer les conditions déplorables dans lesquelles ils exercent et exprimer leurs revendications, restées sans écho.

L’appel à la grève a été lancé à travers les réseaux sociaux par des enseignants qui se sont organisés dans le cadre d’un collectif national. Ces derniers dénoncent l’« injustice » faite à leur égard par rapport à leurs collègues du moyen et du secondaire qui « sont chargés uniquement de l’enseignement ». « Au moyen et au secondaire, les professeurs assurent les cours au primaire, en plus des cours on fait de l’éducation, de la surveillance pendant la récréation, on s’occupe de la cantine et on accompagne parfois les élèves », déclare une enseignante via une page Facebook destinée à l’enseignant du primaire.

Ainsi les instituteurs réclament une classification du rang de l’emploi au niveau de base, assimilée à celle des enseignants des autres cycles. Il convient de noter que ce mouvement de protestation, qui succède à celui organisé lundi passé, a eu lieu en réaction aux dernières déclarations du ministre de l’Éducation nationale, Abdelhakim Belabed, à propos de leur rémunération « qui leur permet un cadre de vie digne ». C’était la goutte d’eau qui a fait déborder le vase, affirme un autre enseignant sur la même page Facebook. Dans leur plate-forme de revendications, les instituteurs protestataires exigent l’amélioration de leurs conditions de travail à travers la mise à leur disposition de l’ensemble des moyens pédagogiques nécessaires mais aussi des manuels et des livres scolaires pour chaque niveau. Ils réclament aussi l’uniformisation des fiches techniques et des approches pédagogiques pour les manuels scolaires de tous les niveaux du cycle primaire. Aussi, ils revendiquent la limitation des missions des enseignants du primaire au volet pédagogique uniquement et de les dispenser des séances de l’éducation sportive ou de surveillance des élèves.

Ces enseignants ont aussi réclamé la « sécurisation » des écoles primaires et l’instauration d’une journée pour la réception des parents d’élèves, afin d’éviter l’anarchie au sein de ces établissements. Par ailleurs, ces enseignants qui ont aussi observé une journée de grève hier, ont réclamé l’application du décret d’octobre 2014 portant sur la promotion des enseignants du cycle primaire vers la 12e catégorie, en plus de la réduction des heures de travail et de l’abrogation de la note les obligeant à assurer des cours de soutien dans les établissements. Enfin, ils dénoncent la surcharge des classes dans ce palier ainsi que la non-prise en charge de leurs doléances au niveau des établissements scolaires.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email