-- -- -- / -- -- --
Nationale

Grève non suivie dans les postes de la capitale

Grève non suivie dans  les postes de la capitale

Apparemment, l’appel à la grève lancé par le collectif des travailleurs d’Algérie Poste n’a pas trouvé d’écho à Alger. C’est du moins ce qui ressort d’une virée, hier, à travers quelques bureaux de poste de la capitale, notamment celles d’Alger Centre, de Sidi M’hamed, et du 1er Mai.

Selon toute vraisemblance, les travailleurs d’Algérie Poste auraient déclenché un mouvement de grève illimité, à partir d’hier pour réclamer leurs droits socioprofessionnels.

À Alger et à Boumerdès, les bureaux d’Algérie Poste ont fonctionné normalement durant toute la journée d’hier. A la Grande poste, les guichets ont ouvert de façon continue, a-t-on observé sur place. Même constat à la poste de Sidi M’hamed où les postiers ont travaillé le plus normalement du monde, durant la journée d’hier.

Par ailleurs, l’appel à la grève illimitée a été suivi hier dans quelques wilayas de l’est et de l’ouest du pays, où tous les bureaux de poste ont été paralysés, avons-nous appris auprès d’une source syndicale. Dans les wilayas de Chlef, Mostaganem, Skikda et Batna, aucun service minimum n’est assuré, selon cette même source.

Il faut rappeler, que le collectif, qui s’est réuni récemment à la Maison des syndicats à Bab Ezzouar, a décidé d’entamer une grève illimitée à compter du 10 janvier. Une grève qui ne connaîtra son épilogue, selon le communiqué parvenu à notre rédaction, qu’avec « la satisfaction des revendications légitimes des travailleurs ». 

En plus des revendications salariales et le versement de primes dont une rémunération des heures supplémentaires durant le Ramadhan et l’augmentation de la prime de rendement individuel et collectif (PRI- PRC), les postiers réclament « un système de permanence durant cinq jours de la semaine au lieu de six jours ouvrables actuellement ».

Ils demandent aussi l’annulation de toutes les décisions arbitraires qui ont affecté un groupe de travailleurs en raison de leurs activités syndicales, ainsi que l’application des décisions de justice rendues en faveur des travailleurs et l’annulation des mesures disciplinaires subies par les postiers qui revendiquent le droit au libre exercice de l’action syndicale comme autorisé par la Constitution et la loi.

Les postiers demandent, par ailleurs, le renforcement de la main-d’œuvre au niveau des bureaux de poste qui connaissent un grave manque en agents, du fait notamment du non-remplacement des travailleurs admis à la retraite. 

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email