-- -- -- / -- -- --
Nationale

Grève : Les médecins résidents paralysent les hôpitaux

Grève : Les médecins résidents paralysent les hôpitaux

Les médecins résidents sont passé hier à l’action. Ils ont entamé une grève cyclique de deux jours pour dénoncer haut et fort les conditions déplorables dans lesquelles ils exercent. Les médecins résidents ne décolèrent pas.

A l’appel du Collectif autonome des médecins résidents algériens (CAMRA), ils ont répondu favorablement au mouvement de grève de deux jours. Plusieurs facteurs ont poussé les représentants du CAMRA à monter au créneau et à réclamer une prise en charge concrète et effective de ses revendications professionnelles et pédagogiques.

Parmi les principales doléances qui seront portées à travers ce mouvement de protestation figure, entre autres, « l’abrogation définie du service civil dans sa forme actuelle, la révision du statut général du résident et l’amélioration des conditions de travail », a indiqué le collectif.

S’agissant des revendications d’ordre pédagogique, le collectif cite la suppression du service civil qu’il juge nécessaire car devenu actuellement un « véritable échec ». Pour appel, ce service oblige un médecin à travailler, de un à quatre ans, dans des zones reculées du pays.

Par ailleurs, le collectif cite plusieurs autres conditions désastreuses dans lesquelles sont obligés d’exercer les médecins algériens en général et ceux résidents en particulier. Ces derniers méritent, selon le collectif, beaucoup plus de considération par rapport au travail qu’ils effectuent quotidiennement.

Les médecins résidents dénoncent également « la discrimination » dont ils sont victimes, notamment dans la perception des primes de garde ou encore des œuvres sociales.

Le collectif a aussi pointé du doigt la piètre qualité de la formation et de la prise en charge des médecins résidents. Et cela, dit-il, « a une incidence directe sur la qualité des soins offerts aux patients ».

Le collectif a soulevé, d’autre part, l’absence totale d’un corps assurant la sécurité des médecins dans l’enceinte des établissements hospitaliers. « Jusqu’à quand les résidents continueront-ils à faire l’objet d’agression de la part de personnes venant de l’extérieur », s’est-il interrogé.

Le CAMRA estime que les médecins résidents doivent avoir les mêmes droits que les autres travailleurs », en sus du droit à la syndicalisation, laquelle a toujours fait défaut, ainsi qu’à celui de bénéficier d’autres avantages que les autres salariés.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email