-- -- -- / -- -- --
Lifestyle Santé

Grève dans les hôpitaux en dépit des promesses de Benbouzid

Grève dans les hôpitaux en dépit des promesses de Benbouzid

Comme prévu, les trois syndicats nationaux de le santé, à savoir le SNPSP, le SNECHU et le SAP, ont mis à exécution ce mercredi leur menace de grève générale pour dénoncer la non-concrétisation des mesures annoncées par le président Abdelmadjid Tebboune à leur profit.

Ce n’est qu’une sonnette d’alarme et une première action, affirment le protestataires, qui risque d’être renouvelée au cas où les revendications soulevées ne sont pas prises en charge par la tutelle. Le ministre de la Santé, Abderrahmane Benbouzid, qui intervenait ce mercredi, a reconnu la légitimité du mouvement de grève entamé par les trois syndicats relevant de son secteur.

«Ce mouvement de grève est un droit garanti par la Constitution et les revendications des professionnels sont légitimes», a-t-il affirmé, assurant que ces doléances seront prises en charge dans les plus brefs délais. Selon le ministre, les protestataires revendiquent «l’octroi de la prime d’encouragement» et «la subvention pour la pandémie Covid-19», un processus, a-t-il dit, qui a enregistré un peu de retard.«Les choses ont été mises en place après que le Premier ministre eut demandé au ministre des Finances de verser les subventions plus tôt», a-t-il dit.

Le ministre a ajouté que les exigences, sous la tutelle d’autres secteurs, seront traitées au fil du temps» en installant des comités pour les étudier. M. Benbouzid a déclaré que l’une de ces revendications est d’améliorer la situation professionnelle et sociale des travailleurs du secteur de la santé, soulignant qu’il travaillait avec un certain nombre de ministres pour aborder cette question, et ce malgré la difficulté de la situation économique.

Les revendications du personnel de la santé

Il faut rappeler que les trois syndicats dénoncent la non-satisfaction de leurs revendications liées, entre autres, à la prime Covid-19. Ils dénoncent le retard dans le versement de la prime. En effet, le paiement de la prime Covid-19 au personnel de la santé a enregistré 7 mois de retard, ce qui représente 4 000 milliards de centimes, selon les initiateurs du mouvement de grève.

Outre la prime d’encouragement, les syndicats dénoncent le non-versement d’un capital décès lié à la Covid-19 d’un million de dinars aux familles du personnel soignant. Ils réclament également une couverture à 100% de l’assurance-maladie et la bonification de la retraite pour le personnel de le santé engagé directement dans la lutte contre la pandémie.

Parmi les autres revendications, les syndicats mentionnent également l’extrême difficulté des conditions de travail auxquels ils font face depuis le début de la crise sanitaire, appelant à l’amélioration des conditions de travail ainsi que de la situation socio-économique du corps médical.

Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email