-- -- -- / -- -- --
Nationale

Grève des transporteurs de conteneurs vides

Grève des transporteurs de conteneurs vides

La reconduction de l’arrêté du wali d’Alger interdisant la circulation des transporteurs avant 20h fait perdre au port d’Alger plus de 75 milliards par an

Au moment où la wilaya d’Alger reconduit « l’arrêté d’interdiction de circulation des camions transportant des conteneurs vides à destination du port d’Alger entre 7 h du matin et 20 h », le wali Abdelkader Zoukh, annonce avoir donné son accord à l’entreprise Tahkout pour déployer 1 000 bus dans la capitale.

Pas moins de 500 transporteurs de conteneurs vides font quotidiennement deux à trois rotations entre les parcs sous douane et le port d’Alger pour déposer près de 600 conteneurs vides sur quais. Chaque conteneur transporté vers le port d’Alger coûte 4 000 dinars encaissés par le camionneur, et chaque conteneur chargé à bord du navire par les moyens humains et matériels du port revient à 3 500 dinars.

Ces chiffres donnent une idée sur le manque à gagner pour les transporteurs, au nombre de 500, et également pour l’Entreprise portuaire d’Alger (EPAL) qui emploie près de 3 000 travailleurs directs et plus de 100 000 autres indirects. Ce qui renseigne sur la perte que subit le port dont le montant est évalué à quelque 756 000 000 de dinars.

Cela sans compter les sommes faramineuses qui seront déboursées en surestaries par le Trésor public au profit des armateurs dont les navires seront automatiquement immobilisés en rade, attendant leur tour pour charger les conteneurs qui ne vont pas arriver de sitôt pour cause de grève des transporteurs.

La mise en application depuis avant-hier par le wali d’Alger de l’arrêté datant de 2005 provoque un débrayage des camionneurs qui a débuté dimanche 29 novembre. En effet, cet arrêté référencé sous le n°746 du 25 avril 2005 porte sur « l’interdiction de circulation des camions transportant des conteneurs vides à destination du port d’Alger entre 7h du matin et 20 h ».

Contacté hier, un responsable au niveau du port d’Alger a indiqué « que l’arrêté en question a été temporairement bloqué en 2011 suite à une grève des camionneurs qui avaient revendiqué à l’époque la levée de l’interdiction à partir de 16 h, laquelle avait été acceptée par les pouvoirs publics mais sans apporter une quelconque modification à la teneur de l’arrêté du wali ni même procéder à son annulation ».

Selon une autre source, la reprise de l’application de cet arrêté intervient à la suite « des instructions émanant des services de la wilaya mais aussi des services de la sûreté de wilaya d’Alger ». A ce titre, les responsables des ports secs et autres dépôts de conteneurs vides ont reçu une notification émanant des services des transports de la wilaya d’Alger et du commissaire divisionnaire de la sûreté de wilaya pour la mise en application de l’arrêté.

Certains observateurs avertis connaissant bien le domaine de la sécurité routière ont estimé que « cette dernière notification d’exécution tient son origine de l’ampleur du phénomène de la congestion au quotidien enregistrée au niveau de l’avenue de l’ALN, rendant la circulation quotidienne quasi difficile ».

Enfin, au moment où la wilaya d’Alger reconduit l’arrêté en question, le wali d’Alger annonce avoir donné son accord à l’entreprise Tahkout pour déployer 1 000 bus dans la capitale.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email