-- -- -- / -- -- --
Nationale

Grève des enseignants du primaire :Vers le dénouement ?

Grève des enseignants du primaire  :Vers le dénouement ?

La Coordination des enseignants du primaire s’est réunie, jeudi, avec les responsables du ministère de l’Education nationale dans le but d’arriver à un compromis sur les revendications soulevées par les enseignants, notamment la classification. La grève sera gelée momentanément cette semaine, vu que les établissements scolaires seront mobilisés en raison de l’élection présidentielle.

En effet, treize membres de la Coordination nationale des enseignants du primaire ont été reçus au siège de l’annexe du ministère de l’Education à Ruisseau. La rencontre, qui a duré jusqu’en début de soirée, a été consacrée aux négociations sur les revendications soulevées par les enseignants grévistes, principalement la classification à la catégorie 13 au lieu de 11. Le ministère a tenté de trouver les solutions à cette crise qui persiste dans les écoles depuis neuf semaines.

Des solutions qui n’ont pas été trouvées lors de la première rencontre ayant regroupé les deux parties le 22 novembre dernier et qui n’a pas abouti, car les grévistes n’ont pas obtenu les résultats escomptés. Cependant, après neuf semaines de grève, les enseignants ont décidé de geler leur mouvement cette semaine en raison de l’élection présidentielle. « La plupart des établissements scolaires seront fermés de mardi à jeudi pour être aménagés en bureaux de vote », expliquent les enseignants grévistes. Et d’ajouter que « ça ne sert à rien de reconduire le mouvement de grève de trois jours si les écoles seront fermées automatiquement à partir de mardi pour servir de bureaux de vote. Dans ce cas nous allons observer une seule journée et subir des ponctions sur salaire pour cinq jours », ont expliqué les enseignants grévistes. Les élèves qui ont subi neuf mois de perturbations vont devoir quitter l’école très tôt à cause des élections, même si officiellement le calendrier des vacances commence à partir du 19 décembre. Le premier trimestre ne sera donc pas validé et cela risque de se répercuter négativement sur les deux autres trimestres et sur la scolarité des élèves en général.

Face à la grève des enseignants et à la crise que vit l’école primaire, le ministre de l’Education nationale, Abdelhakim Belabed, a réitéré la semaine passée sa confiance en les enseignants, notamment ceux du cycle primaire. « Nous sommes conscients de la lourde responsabilité qui leur incombe », a-t-il fait savoir, assurant que plusieurs dossiers soulevés par les enseignants grévistes sont pris en charge avec le partenaire social, « notre seul interlocuteur pour le traitement dans le cadre de la loi », a-t-il souligné. Le ministre a indiqué que son département s’est penché sur l’étude de ces dossiers bien avant que cela soit revendiqué par les instituteurs. Il a souligné que le traitement de certains dossiers socioprofessionnels nécessite du temps. Des propos qui n’ont pas convaincu les protestataires qui se disent mobilisés à continuer leur combat jusqu’à

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email