-- -- -- / -- -- --
Nationale

Grève des enseignants du primaire : Menace sur les compostions du 1er trimestre

Grève des enseignants du primaire : Menace sur les compostions du 1er trimestre

La réunion qui s’est tenue jeudi entre le ministère de l’Education nationale et les enseignants du primaire, qui protestent depuis près de deux mois, s’est soldée par un échec. Par conséquent, les cours seront encore une fois perturbés pendant trois jours, à partir d’aujourd’hui, dans les établissements primaires à travers le territoire national.

La Coordination nationale des enseignants du primaire a annoncé, dans un communiqué, l’échec de ses négociations avec la tutelle, soulignant que le ministère s’est contenté de donner des « promesses verbales et non palpables », sous prétexte que « la plupart des revendications ne relèvent pas que du ressort du ministère, notamment celles relatives au statut ». Les discussions entre les responsables du ministère de l’Education et les représentants des enseignants qu’ont duré treize heures, n’ont pas abouti à grand chose, se désole la coordination, qui affirme que le ministère n’affiche aucune intention de satisfaire les revendications soulevées par les enseignants. Pour ce qui est de la demande de révision du grade des enseignants du primaire, le ministère a affiché un niet catégorique sous prétexte que ce point nécessite l’ouverture du statut particulier, chose qui ne figure pas parmi ses prérogatives. Concernant le décret présidentiel 266/14, le département de Abdelhakim Belabed a expliqué aux enseignants qu’il sera appliqué à partir de 2020.

Mais sans effet rétroactif à compter de 2014, comme cela a été revendiqué par les protestataires. Le ministère de l’Education, souligne la coordination, n’a pas non plus répondu aux revendications liées à la révision du volume horaire et à la dispense des enseignants des tâches non pédagogiques, comme l’encadrement des élèves dans la cour et les cantines, ni aux revendications liées au volet pédagogique. Déçus par les résultats de la rencontre, la coordination a décidé de reconduire la grève de trois jours et de boycotter les compositions de fin de trimestre. Les enseignants du primaire ont annoncé sur les réseaux sociaux poursuivre leur lutte jusqu’à l’aboutissement de leurs revendications. Pour rappel ils ont entamé une grève nationale cyclique (chaque lundi) depuis le 6 octobre dernier. Ils se sont carrément démarqués de tous les syndicats de l’éducation et refusent d’être le parent pauvre du secteur de l’éducation. Le conflit qui les oppose à leur tutelle risque de perdurer au détriment de la scolarité des élèves.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email