-- -- -- / -- -- --
Nationale

Grève de l’Intersyndicale : Benghabrit prône le dialogue

Grève de l’Intersyndicale : Benghabrit prône le dialogue

La ministre de l’Education nationale, Nouria Benghabrit tente encore une fois de faire face à la menace de grève de l’Intersyndicale du secteur, prévue les 26 et 27 de ce mois. Elle vient d’entamer une série de rencontres avec les syndicats signataires du préavis de grève, qui se poursuivront aujourd’hui, afin de les persuader de geler leur mouvement.

Cette décision intervient suite « au dépôt, le 18 février, des préavis de grève par les six entités syndicales, qui comptent observer leur action de protestation les 26 et 27 février prochains », a expliqué le ministère de l’Education nationale dans un communiqué. Après avoir instruit, à travers une directive, les chefs d’établissements scolaires de veiller à garder les enfants en classe et ne pas les laisser sortir même si leurs enseignants observent la grève, Benghabrit a décidé d’entamer une série de rencontres avec les syndicats signataires du préavis. Les axes qu’aborderont ces réunions n’ont pas été déterminés par la tutelle.

Cela dit, il sera question peut-être de revenir sur les principales revendications, soumises par les formations syndicales CLA, Unpef, Snapest, Snte, Satef et Cnapeste. Et ce, dans l’optique de trouver un compromis pour éviter la grève du 26. Pour sa part, Boualem Amoura, secrétaire général du Satef, a confirmé avoir été destinataire d’une invitation pour une séance de conciliation pour aujourd’hui à 13h, laissant entendre que d’autres syndicats seront reçus également. Toutefois, il a indiqué que chaque syndicat sera reçu séparément, car la tutelle ne reconnaît pas l’intersyndicale. Le SG du Satef a tenu à préciser que les syndicats du secteur ne refusent pas le dialogue, à condition qu’il soit un « dialogue sérieux ».

Il faut noter que parmi les revendications de l’intersyndicale des fonctionnaires et des travailleurs de l’éducation, il y a d’abord le rejet de la décision du ministère de l’Éducation nationale de prendre en compte le travail de la commission mixte chargée de la révision du statut particulier, en élaborant son projet sans la participation des syndicats, et ensuite l’application immédiate du décret 14-266 avec effet rétroactif.

Il est également question du rétablissement dans leurs droits des catégories lésées lors du reclassement. Sur les plans éducatif et pédagogique, l’intersyndicale de l’éducation revendique la révision des programmes et des méthodes en fonction du niveau des élèves, en particulier dans l’enseignement primaire, ainsi que l’amélioration de la formation et des conditions de travail et de scolarisation, et la réduction du volume horaire de tous les cycles. L’intersyndicale réclame également la levée des restrictions à la liberté d’exercice de l’activité syndicale aux niveaux local et national (PV communs, octroi de sièges et levée des sanctions et des poursuites judiciaires contre les syndicalistes).

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email