Ghardaïa : Touzouz, un quartier à l’abandon – Le Jeune Indépendant
-- -- -- / -- -- --


Nationale

Ghardaïa : Touzouz, un quartier à l’abandon

Ghardaïa :  Touzouz, un quartier à l’abandon
Centre de Touzouz, Ghardaïa

Les violentes inondations de Juin 1991 avaient suscité les autorités locales à cette époque à créer un nouveau quartier dénommé « Touzouz – El-Menkoubines », en construisant à la hâte quelques habitations afin de caser les quelques familles sinistrées. 

Un déplacement imposé vers ces lieux a déterré les souffrances, l’enclavement et la marginalisation de quelques 50 familles sinistrées depuis des décades, vérité que nul ne peut nier ou occulter. Les facteurs ayant conduit ce quartier à cet état navrant sont le laxisme et le laisser aller des responsables locaux en premier lieu.

Ce déplacement improvisé et les conditions de vie des déplacés ont fait sortir le quartier « oublié » de l’anonymat. Les 900 âmes habitant ce quartier situé à huit Kilomètres, à l’Ouest du chef-lieu de la Wilaya de Ghardaïa, vivent pour le moins que l’on puisse dire dans des conditions primaires et sont dépourvues de tout ou presque. Et ce, au vu et au su des autorités locales qui sembleraient immergées dans une totale léthargie. 

Déshérité, situé dans une zone montagneuse, difficile à vivre. Depuis sa création, il y a une trentaine d’années, ce quartier  »Touzouz – El-Menkoubines » est resté en marge du moindre développement. Dépourvu de toute activité économique et commerciale. Aucune rue ni artère de ce quartier n’est bitumée. Le dispensaire édifié il y a quelques 20 années, n’a jamais fonctionné. Absence totale d’un éclairage publique. Insuffisance flagrante en matière d’alimentation du quartier en eau potable, L’activité socioéducative n’est pas non plus le point fort des lieux.

L’éducation se caractérise par une situation peu enviable. Une seule école primaire dans le quartier construit il y a une trentaine d’années, se trouvant dans un état de délabrement très avancé, eu égard au manque d’équipement pédagogique et d’un aménagement adéquat. Absence de CEM et de Lycée. Les plus proches parmi ces derniers sont à Cinq Kilomètres de Touzouz. Toutes ces insuffisances donnent à ce pauvre quartier une image désolante et peu flatteuse. 

Interrogé par le Jeune Indépendant, un groupe d’habitants de ce quartier oublié invoquent avec beaucoup d’anxiétés et de regrets : « Nous avons l’impression que nous vivons dans un quartier qui ne figure pas dans la géographie de la Wilaya de Ghardaïa. Le visiteur qui se hasarderait à parcourir les rues de notre quartier remarquera l’état de délabrement avancé dans lequel elles se trouvent. Nos rues n’ont plus que leurs noms qui les mettent en valeur, parce que dans la vie de tous les jours, c’est un décor navrant qu’elles offrent à la vue. Le chômage commence à se faire sentir parmi nos jeunes.

L’oisiveté, l’inactivité, la routine et l’ennui sont aussi les maîtres des lieux parmi les quelques Sub-africains occupant quelques habitations de fortune au sein de notre quartier. Lors des rares visites de notre quartier par les autorités locales, On nous a constamment balancé des promesses non tenues ». Ces mêmes habitants visiblement excités nous font savoir : « Les autorités et les responsables concernés, ont à ce jour complètement ignorés nos revendications légitimes et endurantes ».

Les habitants du quartier « Touzouz – El- Menkoubines » se demandent pourquoi leur quartier est autant négligé par les élus locaux ? En effet, en sillonnant les artères principales de ce nécessiteux quartier, on remarque que ce dernier est en constante dégradation et que la politique de la vitrine est toujours en vigueur chez certains responsables de la Wilaya. 

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.

Cet article vous-a-t-il été utile?

Cet article vous-a-t-il été utile?
Nous sommes désolés. Qu’est-ce qui vous a déplu dans cet article ?
Indiquez ici ce qui pourrait nous aider a à améliorer cet article.
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email