-- -- -- / -- -- --
Nationale

Ghardaïa : Le patrimoine architectural menacé

Ghardaïa : Le patrimoine architectural menacé

Musée à ciel ouvert, Ghardaïa et ses sept villes millénaires abrite des joyaux d’architecture qui, malheureusement, sont à la merci des outrages du temps, des constructions illicites et souffrent de la négligence de citoyens inconscients. Véritable musée architectural, la vallée du M’zab a mal dans son patrimoine.

Depuis des années, des experts en urbanisme et en architecture tirent la sonnette d’alarme, dénonçant la négligence dont font preuve aussi bien les autorités que les spéculateurs immobiliers ou autres investisseurs avides d’un bon business.

Une convoitise vorace et périlleuse pour le patrimoine architectural ghardaoui. Les joyaux d’architecture légués par l’époque ancestrale ne représentent, pour cette caste, qu’une surface, un bout de terrain, du foncier à exploiter.

Cette négligence ne pouvait conduire qu’à la disparition de plusieurs chefs-d’œuvre signés par les maîtres architectes de l’époque ou, pour les plus chanceux des édifices, à une détérioration déplorable.

Face à cette réalité affligeante, qui dure depuis des années, de nombreuses journées d’étude sur la sauvegarde du vieux bâti se sont succédé, à l’image de celles organisées en date des 18 et 19/01/2016 par l’Office de protection et de promotion de la vallée du M’zab (OPVM), auxquelles ont pris part de nombreux architectes et experts nationaux, pour la création d’un plan permanent de sauvegarde et de mise en valeur du secteur sauvegardé, ainsi que d’une banque de données pour les opérations de restauration des sites classés.

Les citoyens, qu’ils soient du domaine ou de simples amoureux de ce patrimoine unique au monde, se sont aussi érigés en défenseurs de ce legs inestimable.

Lors de plusieurs séminaires organisés sous le haut patronage du ministère de la Culture, les architectes participants ont œuvré, sensibilisé, concerté, réfléchi et avancé différentes thèses ayant pour but de sauver ce qui pourrait encore l’être en matière de vieux bâti. L’OPVM en est un exemple édifiant.

Créé en 1985, cet office à but lucratif s’est fixé comme objectif d’œuvrer pour la sauvegarde du patrimoine architectural, conformément à la loi n° 04/98, relative à la protection du patrimoine culturel des sites classés à caractère historique.

Il regroupe de nombreux architectes réunis autour de valeurs communes : la préservation de la spécificité de la vallée du M’zab (classée comme patrimoine national en 1971 et comme patrimoine universel de l’Unesco, depuis 1982) et la valorisation du patrimoine architectural, la sauvegarde du vieux bâti et du tourisme culturel. C’est ainsi que la préservation du patrimoine historique a pu compter sur des actions signées par les membres très aguerris de l’OPVM. 

A travers la gouvernance de M. Younès Babanedjar, architecte et responsable des sites historiques au niveau du ministère de la Culture, sur la conservation et la restauration du patrimoine culturel, il a toujours insisté que la préservation du patrimoine doit également passer par la sensibilisation du citoyen, soulignant, par ailleurs, que « la sensibilisation du public est essentielle pour assurer la vie du patrimoine culturel ».

« Cette sensibilisation, dit-il, doit impérativement répondre à une constatation élémentaire qui veut que le patrimoine appartienne à tous et qu’il constitue l’affaire de tous. Et d’ajouter qu’une démarche de sensibilisation implique une meilleure connaissance du patrimoine architecturale de la vallée du M’zab, actuellement en péril ».

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email