-- -- -- / -- -- --
Energies

Gazoduc Nigéria-Europe via l’Algérie tributaire de la rentabilité

Gazoduc Nigéria-Europe via l’Algérie tributaire de la rentabilité

Le projet du gazoduc transsaharien (TSGP), reliant le Nigeria à l’Europe à travers l’Algérie et le Niger sera tributaire du facteur rentabilité en raison de la fluctuation des prix du gaz dans le marché mondial. C’est ce qu’a expliqué le PDG du groupe pétrolier Sonatrach, Toufik Hakkar, lundi précisant que l’étude du projet est terminée et soumise aux entreprises des deux pays africains.

Intervenant lors du Forum de la Chaine 1 de la Radio nationale, M. Hakkar a précisé que cette faisabilité est liée notamment à la demande sur le gaz et surtout à l’étude du marché au vu de la baisse du prix du gaz, soulignant que le prix de ce dernier est passé de 10 dollars l’unité calorique il y a 10 ans à moins d’un dollar en 2020 d’où la prise en considération de la rentabilité du projet.

« Ce qui pourrait, selon lui, « influer sur la prise de décision de lancer un tel investissement » », d’où la démarche de lancer une étude du marché pour déterminer la demande sur le gaz avant de trancher sur l’opportunité de s’engager dans ce projet.

M. Hakkar a fait savoir l’étude de technique faisabilité, réalisée par Sonatrach est « ficelée et le tracé du gazoduc défini ».

Auparavant, le ministre de l’Energie et des Mines, Mohamed Arkab, avait récemment indiqué que l’Algérie accordait un « intérêt particulier » à la concrétisation « rapide » du projet TSGP visant à connecter les gisements de gaz naturel nigérians à l’Europe via le réseau de gazoduc algérien.

Le projet donnera lieu, selon lui, à des retombées socio-économiques importantes dans les pays de transit, dans le respect de la protection de l’environnement et du développement durable.

Le projet est inscrit au programme du Nouveau partenariat pour le développement de l’Afrique (NEPAD).

Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email