-- -- -- / -- -- --
Nationale

Gaïd Salah tient au dialogue « constructif »

Gaïd Salah tient au dialogue « constructif »

Le général de corps d’armée Ahmed Gaïd Salah, vice-ministre de la Défense nationale, chef d’état-major de l’Armée nationale populaire (ANP), a réaffirmé jeudi, lors d’une visite de travail à la 1re région militaire, les positions “immuables” de l’ANP quant à “son attachement” au cadre constitutionnel pour la résolution de la crise politique et ouvrir la voie à son règlement démocratique. Il a, dans la foulée, lancé un sévère avertissement aux « aventuriers », les prévenant que l’Algérie « n’est pas un jouet ».

Devant les cadres de la 1re RM, Ahmed Gaid Salaha ainsi rappelé « les positions immuables de l’ANP quant à son attachement au cadre constitutionnel pour résoudre les problématiques de la phase actuelle, en tant que garantie essentielle pour sauvegarder l’Etat et ses institutions ». Il s’agit également, a-t-il souligné, de « la nécessité d’adopter la voie du dialogue sérieux à même de présenter des solutions adéquates et créer des conditions favorables à des élections présidentielles, qui seront organisées dans les plus brefs délais ».

Dans un communiqué du ministère de la Défense nationale (MDN), le chef d’état-major de l’ANP a expliqué que « nous n’avons aucune ambition politique que celle de servir la patrie et veiller à garantir sa sécurité et sa stabilité », avant d’affirmer que « nous, en tant que Haut Commandement, avons en notre possession des informations confirmées sur ces plans hostiles, contre lesquels nous avons mis en garde auparavant de leurs dangers et menaces, qui mettent à profit la situation actuelle que traverse notre pays pour tenter d’imposer leurs agendas et impacter sur le cours des évènements ». Il poursuit : « C’est pour cela que nous insistons à chaque fois sur la nécessité de rester attachés au cadre constitutionnel pour résoudre les problématiques de la phase actuelle, considérant que c’est la garantie fondamentale, voire l’unique garantie pour préserver l’Etat et ses institutions ainsi que pour éviter de tomber dans l’écueil du vide constitutionnel et de glisser dans des conséquences désastreuses. » Et donc, a-t-il prévenu, « L’Algérie (…) n’est pas un jouet entre les mains des aventuriers. »

Il a insisté par ailleurs sur « la nécessité d’adopter la voie du dialogue », un dialogue, a-t-il dit, « constructif à même d’offrir les solutions appropriées et de créer les conditions idoines pour se diriger vers les présidentielles et les organiser le plutôt possible. Des présidentielles qui passent impérativement par l’installation diligente de l’instance nationale indépendante pour la préparation, l’organisation et la surveillance des élections présidentielles comme extrême priorité dans le processus du dialogue national”. Il a ajouté qu’au sein de l’ANP « nous valorisons les efforts de l’instance nationale de médiation et de dialogue dans sa noble mission », avant de souligner que « l’ANP, qui a accompagné depuis le début les revendications du peuple algérien, exprimées à travers les marches pacifiques, considère aujourd’hui (…) que les revendications fondamentales ont été entièrement réalisées, et ne reste plus que l’étape des élections présidentielles et la prise des mesures y afférent qui sont nécessaires à leur réussite ». Pour autant, il a tenu à rappeler que « nous constatons que certains groupes infimes ayant un lien avec la bande s’acharnent à rejeter toutes les initiatives présentées et tous les résultats obtenus, en scandant des slogans tendancieux et lançant des appels douteux, dont le but est de minimiser l’importance de ce qui a été réalisé et de s’accrocher à des revendications irraisonnables et obsolètes ». Le chef d’état-major, qui a appelé les médias « à ne pas succomber aux tromperies des ennemis de la nation », a rappelé que l’ANP soutient la justice et à « lui fournir toutes les garanties et l’assister pour s’acquitter de ses missions dans les meilleures conditions, loin

de toute forme de pression, et rouvrir tous les dossiers lourds, y compris ceux qui étaient délibérément jetés aux oubliettes au fond des tiroirs. » Selon lui, il s’agit “des dossiers ayant trait à des crimes et de graves dérives commis par la bande contre le peuple, son argent et ses richesses, des crimes abjects dont les auteurs méritent la sanction équitable, conformément à la loi qui doit être appliquée scrupuleusement à la lettre dans de telles affaires sensibles”.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email