Fruits et légumes à Béjaïa : Les prix toujours aussi chers      – Le Jeune Indépendant
-- -- -- / -- -- --


Nationale

Fruits et légumes à Béjaïa : Les prix toujours aussi chers     

Fruits et légumes à Béjaïa : Les prix toujours aussi chers     

Comme chaque début ou veille du mois de ramadhan, les prix des produits agricoles frais flambent. A vrai dire, hormis le prix de la pomme de terre, les prix des autres produits, fruits et légumes, étaient déjà élevés plusieurs jours, voire plusieurs semaines avant le ramadhan. Ainsi, le prix de la pomme de terre reste quelque peu stable. Il varie entre 60 et 70 DA selon la qualité.

Même situation dans les marchés de la wilaya. Dans la ville de Béjaïa, ou dans les autres villes de la wilaya comme Aokas, Akbou, Sidi-Aïch, Souk El-Tennine et Tazmalt, les prix sont semblables. Ils varient parfois légèrement d’un produit à un autre. Les bourses faibles et moyennes ne pourront sans doute pas boucler la fin du mois de ramadhan sans avoir à s’endetter.

Le smicard, qui a à sa charge une famille de quatre personnes et plus ne pourra jamais subvenir aux besoins de sa famille avec une seule mensualité. Il faut faire beaucoup d’économies pour faire face aux achats habituels des Algériens liés aux mois sacré, comme les légumes, les fruits, les viandes rouge et blanche ainsi que d’autres produits comme les raisins et les abricots secs mais aussi les pruneaux pour la préparation de certains plats très prisés par les jeûneurs. Il faut savoir qu’un kilo de tomates est affiché entre 130 et 150 DA, le concombre est à 120 DA, la courgette entre 150 DA et 180 DA, selon la qualité, la carotte entre 60 et 80 DA, la betterave est à 120 DA, les oignons sont cédés entre 150 et 170 DA, les haricots verts sont entre 500 et 550 DA, le poivron entre 150 et 170 DA, le fenouil à 80 DA, les aubergines à 80 DA, les fèves entre 100 et 120 DA, les petits pois à 250 DA, les artichauts entre 130 DA et 180 DA, la laitue entre 130 et 180 DA, etc.

Des prix presque identiques à ceux pratiqués avant le début du mois de jeûne. S’agissant des prix des viandes rouges, rien n’a changé aussi. Ils sont toujours très élevés en attendant la vente des viandes importées par l’Etat à des prix raisonnables, notamment à 1 200 DA, dans les points de vente désignés dans ce cadre. Les prix pratiqués actuellement dans les boucheries varient entre 1 550 DA et 2 500 DA pour la viande de veau et entre 1 600 DA et 2 400 DA pour la viande d’agneau, selon les parties ou la qualité.

Le prix du poulet vidé est fixé entre 450 et 500 DA. Il est cédé à 380 DA le kilo sur le bord des routes, celui de la RN 26 entre Akbou et Tazmalt. Concernant les prix des fruits, ils sont intouchables, notamment la banane qui est affichée à 650 DA, l’orange entre à 300 DA et 350 DA, la fraise entre 350 et 500 DA, la pastèque à 200 DA, la pomme entre 400 et 600 DA et les dattes entre 300 et 700 DA, selon la qualité.

Il convient de noter que la direction du commerce et de la promotion des exportations ainsi que les APC ont créé 34 marchés de proximité dans toutes les communes. Il s’agit, à travers cette mesure, de garantir la disponibilité des prix et lutter contre la rétention des produits et la spéculation. Les prix pourraient connaître une baisse dans les prochains jours avec la baisse de la demande, comme cela a déjà été observé durant les années précédentes. 

 

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.

Cet article vous-a-t-il été utile?

Cet article vous-a-t-il été utile?
Nous sommes désolés. Qu’est-ce qui vous a déplu dans cet article ?
Indiquez ici ce qui pourrait nous aider a à améliorer cet article.
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email