Front social: Début de la grève à Bejaia – Le Jeune Indépendant
-- -- -- / -- -- --


Nationale

Front social: Début de la grève à Bejaia

Front social: Début de la grève à Bejaia

La grève de deux jours à laquelle ont appelé les syndicats autonomes dont la confédération des syndicats autonomes de la fonction publique, le Snapap, les syndicats d’entreprises affilié à l’union de wilaya (union générale des travailleurs Algériens), le syndicat national autonome du personnel de l’administration publique (Snapap) pour exprimer leurs mécontentements à l’égard de la nouvelle grille de salaires a été peu suivie par les travailleurs.

De nombreux secteurs d’activités ont, relativement, été perturbés ce mardi par cette grève dont la santé, la formation professionnelle, les forêts, jeunesse et des sports, les travaux publics, les impôts, les œuvres universitaires, l’enseignement supérieur, l’éducation et les collectivités locales.

Or, le secrétaire générale de l’union de wilaya M. Abdelaziz Hamlaoui , «le mot d’ordre de grève a, massivement, été suivi». Il a évalué le taux d’adhésion des travailleurs à ce mouvement de grève à 70 % à travers l’ensemble des secteurs d’activité de la wilaya relevant de la fonction publique. Il dira : «certains secteurs ont entièrement été paralysés tels que les impôts».

Le responsable syndical expliquent les raisons ayant conduit le syndicat à mener cette grève qui sont, principalement liées, selon lui à l’érosion du pouvoir d’achat et l’inflation qui galopante de ces derniers mois et années non sans relever les revendications des travailleurs dont «la révision de la valeur du point indiciaire et des salaires à la hausse, selon le pouvoir d’achat actuel en vue d‘améliorer la situation socio- économique des travailleurs qui est devenue insupportable».

Dans un communiqué daté du 18 du mois courant, signé par de nombreux syndicats d’entreprises, il est souligné que «cette grève a été décidée lors de la rencontre des syndicats d’entreprises et des coordinations de wilaya des secteurs de la fonction publique tenue dans l’urgence en réponse aux revendications des sections syndicales qui dénoncent avec vigueur les augmentations dérisoires contenue dans la grille indiciaire».

Pour les rédacteurs du communiqué celle-ci a déçu tout le monde et a accentué son mécontentement du fait qu’elle ne répond aucunement aux besoins quotidiens du travailleur modeste». Les syndicats revendiquent réclament «la révision de la valeur du point indiciaire à 100 DA et son alignement avec le pouvoir d’achat du simple travailleur, la promulgation rapide du statut particulier des différents secteurs de la fonction publique».

Pour sa part, le syndicat national autonome des personnels de l’administration publique (Snapap) a observé aussi une grève d’une journée. «Le débrayage a été suivi à 80%», selon le coordinateur de wilaya du Snapap M. Nacer Kassa.

Le Snapap réclame pour sa part, «une justice sociale et un salaire digne, une augmentation conséquente du point indiciaire, la préservation de la dignité des travailleurs et la fin de la précarité», entre autres.

Pour sa part, la confédération nationale des syndicats autonomes regroupant plus d’une dizaine de syndicats dont le Snte, Satef, Safi, Snte, Snac, Snapsy, Sntfp, Cla, réclame également «l’augmentation de la valeur du point indiciaire à 100DA, l’installation d‘un observatoire national de protection du pouvoir d’achat, l’ouverture du dossier du régime indemnitaire, des primes et des allocations et leur mise à niveau».

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.

Cet article vous-a-t-il été utile?

Cet article vous-a-t-il été utile?
Nous sommes désolés. Qu’est-ce qui vous a déplu dans cet article ?
Indiquez ici ce qui pourrait nous aider a à améliorer cet article.
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email