Fraude au BEM : Un député et un gendarme arrêtés – Le Jeune Indépendant
-- -- -- / -- -- --


Nationale

Fraude au BEM : Un député et un gendarme arrêtés

Fraude au BEM : Un député et un gendarme arrêtés

Un député du Front de libération nationale (FLN), de la wilaya d’El Mghaier ainsi qu’un chef de brigade de la gendarmerie par intérim dans la même localité ont été placés sous mandat de dépôt par le juge d’instruction de la wilaya d’El Oued, suite à une fraude au profit d’une candidate durant les examens du BEM, a annoncé ce vendredi, le parquet du tribunal d’El Oued dans un communiqué.

L’affaire a éclaté le 7 juin suite à une dénonciation de la part du chef du centre d’examen de la commune de Still dans la wilaya d’El Oued qui a informé la gendarmerie d’El Meghaier que le dénommé A.A a adressé une enveloppe contenant une réponse du sujet de mathématiques par le biais du chef de la brigade de la gendarmerie et destinée à sa fille candidate au BEM.

Suite à cet dénonciation, le procureur de la République a ordonné l’ouverture d’une enquête qui a abouti à l’arrestation de quatre personnes soupçonnées d’être impliquées dans cette tentative de fraude : il s’agit d’un député à l’APN dénommé A.A, d’un chef de brigade de la gendarmerie par intérim dénommé B.A ainsi que deux autres personnes.

Les mis en cause ont été ensuite présentés devant le procureur de la République du tribunal d’El Oued, puis devant le juge d’instruction pour les chefs d’inculpation de fuiter les réponses et les sujets d’examen du BEM via un groupe de personnes, mauvaise utilisation de la fonction, incitation des fonctionnaires au trafic d’influence et mauvaise utilisation de la fonction, selon la même source.

Après leur audition par le juge d’instruction, le député à l’APN et le chef de brigade la gendarmerie ont été placés sous mandat de dépôt et les deux autres personnes ont été placés sous contrôle judiciaire.

Par ailleurs, quatre personnes, dont deux candidats à l’examen du Brevet d’enseignement moyen (BEM), ont été déférées devant les autorités judiciaires compétentes de Chlef pour leur implication dans deux affaires de triche à l’aide d’un téléphone portable.

La première affaire remonte au 8 juin, lorsque le chef du centre d’examen d’un CEM de la commune de Chettia s’est présenté devant les services de la police pour dénoncer le cas d’un candidat pris en flagrant délit de triche, lors de l’examen de langue française, en utilisant un téléphone portable. Suite à quoi il s’est avéré qu’il communiquait avec un suspect à l’extérieur du centre d’examen, selon un communiqué rendu public par le procureur de la République près le tribunal de Chlef.

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.

Cet article vous-a-t-il été utile?

Cet article vous-a-t-il été utile?
Nous sommes désolés. Qu’est-ce qui vous a déplu dans cet article ?
Indiquez ici ce qui pourrait nous aider a à améliorer cet article.
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email