Fraude à la sécurité sociale : Mise en place d'un arsenal dissuasif – Le Jeune Indépendant
-- -- -- / -- -- --


Nationale

Fraude à la sécurité sociale : Mise en place d’un arsenal dissuasif

Fraude à la sécurité sociale : Mise en place d’un arsenal dissuasif

L’Algérie a mis en place un cadre juridique et technologique solide pour lutter contre la fraude à la sécurité sociale, afin de garantir l’équité et la durabilité du système pour tous les citoyens. C’est ce qu’a indiqué, ce mardi à Alger, le ministre du Travail et de la Sécurité sociale, Fayçal Bentaleb.

Dans son allocution prononcée à l’ouverture du forum technique de l’Association internationale de la sécurité sociale, sur le thème de la lutte et de la prévention de la fraude à la sécurité sociale en Afrique du Nord, M. Bentaleb a déclaré que « l’Algérie a déployé des efforts considérables pour lutter contre les phénomènes de fraude et d’évasion fiscale à la sécurité sociale, en entreprenant des réformes du système national et en accélérant le processus de la numérisation ».

Le ministre a précisé que les réformes du système national se sont attelées à unifier les dispositifs, les procédures et les avantages pour tous les affiliés, soulignant la nécessité de concilier la simplification des procédures avec la mise en place de mécanismes permettant de détecter et de traiter ces risques. Il a ajouté que « certains individus cherchent à obtenir des avantages et des prestations indues, ce qui compromet l’efficacité des systèmes nationaux de sécurité sociale ».

Face à ses tentatives de fraude, le législateur algérien a mis en place des mesures strictes pour l’utilisation et l’exploitation de la carte de sécurité sociale, prévoyant des sanctions dissuasives. Il a ainsi révélé qu’une amende pouvant aller jusqu’à 5 millions de dinars et une peine d’emprisonnement pouvant aller jusqu’à 5 ans seront appliquées à ceux qui tentent de tirer indûment profit des prestations sociales. Il a ajouté que les sanctions sont doublées en cas de récidive. 

Mais les autorités ne comptent pas s’arrêter là. Face à l’ingéniosité croissante des fraudeurs, M. Bentaleb a annoncé le déploiement de technologies de pointe pour contrer leurs agissements. Intelligence artificielle, traitement de données massives, algorithmes intelligents, tous les moyens sont mis en œuvre pour détecter et neutraliser les tentatives de fraude. Il a ainsi relevé que le nombre de services numériques proposés à distance dépasse 127, reposant sur 67 applications et 48 plates-formes numériques dont 24 sont destinées à se passer de documents et de pièces papier.

En plus des applications et des algorithmes intelligents, le secteur a commencé à utiliser les technologies d’intelligence artificielle et de traitement de données massives, les Big Data, compte tenu du nombre important de bases de données utilisées dans le secteur pour garantir l’efficience et l’efficacité des services sociaux, a fait savoir le premier responsable du secteur. Cette démarche s’inscrit dans une dynamique plus large de numérisation des services de sécurité sociale, l’objectif étant de simplifier les procédures tout en renforçant les mailles du filet contre les fraudeurs.

La numérisation de la carte ChifaCarte CHIFA La carte CHIFA est la carte d’assurance maladie de la sécurité sociale en Algérie. Une carte à puce au format carte de crédit qui permet à son propriétaire et ses ayants droit de bénéficier des prestations de sécurité sociale concernant les dépenses de santé. a été citée en tant qu’exemple d’un outil stratégique qui a permis d’obtenir des services pour les contractants de la sécurité sociale. Cela a permis l’accès à des pharmaciens, des spécialistes des maladies cardiovasculaires, des cliniques obstétriques, des centres de dialyse, sans avoir à payer les frais, grâce à plus de 19 millions de cartes émises, a ajouté le ministre. Selon le ministre, l’Algérie a enregistré une baisse significative du nombre de cas de fraude ces dernières années. Parmi les différentes formes de fraude à la sécurité sociale enregistrée, le ministre a notamment cité la déclaration de revenus erronée, la non-déclaration ou déclaration partielle des salariés par les employeurs, l’utilisation frauduleuse de la carte Chifa, le cumul illégal d’emplois et la perception indue d’allocations.

Par ailleurs, le ministre a tenu à souligner le caractère social de l’Etat en, affirmant que depuis son indépendance, l’Algérie s’est efforcée de le consolider, de renforcer la justice sociale et de promouvoir la croissance économique et le bien-être social, en conformité avec les principes de la Déclaration du 1er novembre 1954.

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.

Cet article vous-a-t-il été utile?

Cet article vous-a-t-il été utile?
Nous sommes désolés. Qu’est-ce qui vous a déplu dans cet article ?
Indiquez ici ce qui pourrait nous aider a à améliorer cet article.
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email