-- -- -- / -- -- --
Sports

Formule1 : La problématique de la troisième voiture

Formule1 : La problématique de la troisième voiture

L’éventualité pour les top-teams d’aligner une troisième voiture en 2015 serait toujours d’actualité. Il semble que certains contrats de la FOM (passés avec des promoteurs ou des chaînes de télévision) prévoient un minimum de vingt voitures sur les grilles de départ. Si les retraits de Caterham et de Marussia se confirmaient pour 2015, le débat sur la troisième monoplace serait relancé.

Bernie Ecclestone avait accordé deux Grands Prix d’absence aux deux plus petites écuries du plateau, en invoquant la force majeure. Mais en cas d’absence à une troisième épreuve, elles perdraient tous leurs droits et notamment les revenus liés à la 9ème place du classement des constructeurs (occupée par Marussia) estimés à 40 millions de dollars.

Pour faire le nombre la saison prochaine, les trois plus grandes équipes se sont engagées dans les Accords Concorde à aligner une troisième monoplace : Ferrari, Red Bull et McLaren. Mais Eric Boullier a déjà prévenu que cette dernière ne serait pas en mesure de respecter cette clause. « Ce ne sera pas possible, a tranché le manager français.

Je pense toutefois qu’avec neuf teams nous pouvons produire un bon spectacle, et puis l’écurie Haas nous rejoindra en 2016 pour porter le nombre de concurrents à dix équipes. Il ne me paraît pas nécessaire d’envisager une mesure aussi radicale que la troisième voiture. » Chez Mercedes, qui n’est pas contractuellement concerné par cette obligation, on n’en pense pas moins.

« Il faut d’abord prévoir l’infrastructure pour ce faire et puis avoir un règlement sur lequel s’appuyer, remarque Toto Wolff. Qui doit le faire ? Qui peut la piloter ? Qui va payer ? Qui pourra marquer des points ? Cela ne me semble pas réaliste. »

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email