-- -- -- / -- -- --
Nationale

Formation professionnelle : Les travailleurs menacent de boycotter la prochaine rentrée

Formation professionnelle : Les travailleurs menacent de boycotter la prochaine rentrée

La prochaine rentrée du secteur de la formation professionnelle s’annonce mal. Le Syndicat des travailleurs de la formation professionnelle (SNTFP) monte au créneau et compte reprendre le mouvement de contestation au mois de septembre.

Cette décision a été prise à l’issue du dernier conseil du bureau national du syndicat, qui a eu lieu le 27 juin dernier à Alger pour débattre la situation socioprofessionnelle des travailleurs du secteur. Selon le communiqué rendu public hier par le SNTFP, le bureau national a décidé de boycotter la rentrée professionnelle et d’observer plusieurs actions de protestation s’il n’y a pas en d’ici-là de suite favorable aux revendications soulevées. « La décision de boycotter la prochaine rentrée sociale a été prise à l’unanimité », note le communiqué qui a sanctionné les travaux de ce conseil, lequel a réitéré à la tutelle sa plate-forme de revendications socioprofessionnelles. Cette dernière compte plusieurs points : l’attribution, chaque année, de postes financiers à tous les employés qui remplissent les conditions légales pour être promus à un rang supérieur, « étant donné que des employés qui ont plus de vingt ans dans leurs rangs n’ont pas bénéficié de promotion », lit-on dans le communiqué. Le SNTFP plaide pour l’annulation de l’article 87 bis et l’augmentation du salaire minimum garanti à 50 000 DA afin de préserver le pouvoir d’achat des travailleurs. Les travailleurs de la formation professionnelle réclament également la révision de la nomenclature des maladies chroniques contractées par les enseignants du secteur, la révision de leur statut ainsi que celui du régime indemnitaire. Ils réclament la prime de fin de service, la prime de soutien pédagogique, estimée à 15 et 25% pour les corps communs et les travailleurs professionnels, avec effet rétroactif à partir de janvier 2008, sans oublier la mise à jour de la valeur des heures supplémentaires, estimée à 1 000 DA l’heure dans les autres secteurs.

Concernant le volet de la formation, le SNTFP exige la révision de toutes les lois fondamentales du secteur de la formation professionnelle, en particulier les mécanismes de classification et de promotion. Le syndicat insiste aussi sur la formation du personnel en vue de les préparer aux concours

professionnelles conformément à l’article 104 de l’ordonnance 06/03 du 15 juillet 2006, y compris la loi fondamentale générale sur la fonction publique et à l’article 2 paragraphe 1 du décret exécutif n ° 96/92 du 30 mars 1996 portant composition.

A cela s’ajoute le volet des œuvres sociales : les travailleurs exigent la dissolution du Fonds national des œuvres sociales FNPOS, qui a « pillé depuis 1994, à ce jour, environ 500 milliards de centimes des différentes institutions et entreprises sans pour autant faire bénéficier les travailleurs de logements ou de prêts pour financer leurs logements ». Les travailleurs réclament enfin l’activation de la médecine du travail dans toutes les institutions du secteur.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email