Formation professionnelle : Cap sur la numérisation  – Le Jeune Indépendant
-- -- -- / -- -- --


Nationale

Formation professionnelle : Cap sur la numérisation 

Formation professionnelle : Cap sur la numérisation 

En application des orientations du président de la République, Abdelmadjid Tebboune, le secteur de la formation et de l’enseignement professionnels connaîtra prochainement la généralisation du processus de numérisation, et ce sur tous les plans. C’est ce qu’a annoncé, ce jeudi, le ministre de la Formation et de l’Enseignement professionnels, Yacine Merabi.

A l’issue de sa visite des différents établissements de son secteur dans la wilaya d’Oran, le ministre de la Formation et de l’Enseignement professionnels, Yacine Merabi, a précisé que « le défi du numérique est l’une des priorités du secteur, à partir de l’opération d’inscription pour rejoindre l’établissement de formation via la plate-forme ‘’Mihnati’’ », signalant que « l’opération tire à sa fin ».

Il a fait savoir que l’opération s’effectue en deux volets. Le premier concerne la numérisation des moyens humains et matériels du secteur à travers une nouvelle plate-forme numérique, « Tassyir », qui s’occupe de la gestion administrative, financière et pédagogique des établissements de formation à travers le pays et s’emploie à faciliter l’interaction et le raccordement entre les structures de formation et l’administration centrale en matière de gestion des biens, de l’encadrement, des équipements et autres. Le deuxième volet, a-t-il ajouté, touche la numérisation des métiers par la formation pour maîtriser la numérisation des réalisations à travers l’application « Maharati », qui permet aux citoyens de toutes les régions du pays de rechercher plus facilement les professionnels compétents dans toutes les spécialités, a indiqué le ministre.

S’agissant de la dotation du secteur industriel de compétences et de main-d’œuvre qualifiée parmi les diplômés de la formation professionnelle, le premier responsable du secteur a insisté sur l’importance de cet aspect, affirmant « la bonne volonté des responsables de la wilaya pour atteindre les objectifs souhaités de cette formation comme maillon essentiel de l’amorce économique ».

« Nous avons donné des instructions aux responsables du secteur de la formation et de l’enseignement professionnels pour qu’ils s’appuient sur des spécialités en adéquation avec le tissu économique et industriel diversifié qu’Oran recèle », a-t-il déclaré, mettant en avant, dans ce contexte, la programmation de la spécialité de dessalement de l’eau de mer pour la rentrée de formation de septembre prochain, afin de concrétiser les objectifs du développement durable et d’assurer la sécurité hydrique.

Il a aussi insisté sur l’activation des spécialités de formation s’adaptant aux besoins de la région, notamment la production pharmaceutique, surtout qu’Oran dispose de trois unités de production pharmaceutique qui nécessitent sans doute une main-d’œuvre qualifiée.

Le ministre s’est enquis, lors de cette visite, de la situation de plusieurs établissements, notamment le CFPA Chahid Larbi-Karim de Es-Seddikia, le CFPA Chahid Chibani de Misserghine et l’Institut national spécialisé Saad-Mohamed d’Es-Sénia.

Il a également visité des entreprises, à l’instar de l’entreprise Sofert de production d’engrais à Bethioua, où il a pris connaissance des conditions de formation des stagiaires et de la société Sophal d’industries pharmaceutiques à Hassi Benokba, où une convention a été paraphée pour la formation de 35 apprentis du secteur de la formation professionnelle dans cette entreprise. 

Il est question également de l’inauguration d’un Institut national de formation professionnelle baptisé au nom du moudjahid Abed-Haouès, à Bethioua.

Renforcer le partenariat avec les opérateurs économiques

En présidant l’ouverture d’une journée d’étude organisée par l’Office national de développement et de promotion de la formation continue (ONDEFOC) sur le thème « La formation professionnelle moteur du développement économique », à l’Institut national spécialisé en formation professionnelle chahid Khadari-Hasni, le ministre a rappelé le rôle axial du secteur, qui est l’un des éléments moteurs de la dynamique économique du pays à travers la diversité et la multiplication des filières et spécialités disponibles et mentionnées dans la nomenclature de 2019, laquelle comprend plus de 495 spécialités à actualiser en cas de nécessité, en collaboration avec les partenaires du secteur et sous l’égide du réseau de génie pédagogique relevant du secteur.

Ceci est d’autant plus remarqué dans l’adoption du mécanisme de partenariat avec les opérateurs économiques, la signature de conventions qui fixent les cadres de coopération et de partenariat entre les établissements du secteur et ces opérateurs économiques, notamment le placement des stagiaires auprès de ces entreprises, avec possibilité de recrutement après la fin de la durée de la formation.

Des spécialités enseignées dans le secteur sont considérées prioritaires dans le programme du gouvernement, ce qui démontre l’importance que le secteur joue dans la dynamique du développement de l’économie du pays, selon M. Merabi, qui note que les spécialités industrielles représentent environ 17 % du total des spécialités, la numérisation 13 % et le bâtiment et travaux publics 10 %.

Dans ce même ordre d’idées, le ministre a instruit d’étudier les moyens de renforcer les partenariats en intensifiant la coopération et en concluant davantage d’accords, ce qui contribuera à fournir une main-d’œuvre qualifiée, caractérisée par la qualité et la compétence, et à accélérer la dynamique de constitution du tissu des microentreprises, l’un des objectifs principaux du plan d’action du gouvernement pour la mise en œuvre du programme du président de la République, qui met l’accent sur le travail pour l’émergence d’une nouvelle génération d’hommes d’affaires et la réflexion sur une organisation nouvelle et profonde qui fera progresser l’économie nationale et où l’Etat accompagnera les porteurs d’idées et d’initiatives, loin de la rente et du gain rapide.

En marge de cette journée, trois conventions de coopération ont été signées entre l’Office national de développement et de promotion de la formation continue, la Bourse de sous-traitance de l’Ouest, la direction de la formation professionnelle de la wilaya et la fondation Ibn Sina pour la conversion numérique.

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.

Cet article vous-a-t-il été utile?

Cet article vous-a-t-il été utile?
Nous sommes désolés. Qu’est-ce qui vous a déplu dans cet article ?
Indiquez ici ce qui pourrait nous aider a à améliorer cet article.
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email