-- -- -- / -- -- --
Nationale

FLN-RND : Vers une nouvelle bipolarisation politique

FLN-RND : Vers une nouvelle bipolarisation politique

Comme pour les élections législatives du mois de mai dernier, le FLN est déjà en pole position puisqu’il connaît un rush pour les élections locales. En effet, pas moins de 51 000 candidatures sont déjà enregistrées par la direction nationale du parti. 

Et le chiffre est parti pour connaître une montée en puissance dans les prochains jours, selon la direction du FLN, qui voit dans cet engouement la preuve que les citoyens croient en ce parti.

Depuis son accession à la tête du parti, Djamel Ould Abbès s’efforce de recoller les morceaux.

La bonne volonté des acteurs actuels pour mettre le vieux parti sur les rails, dans un contexte où le RND commence à émerger sérieusement et prendre une place confortable est une véritable gageure. Qu’à cela ne tienne ; il faut relever que le FLN a été secoué par de graves crises organiques ces dernières années.Des crises intestines qui ont affaibli durablement le parti majoritaire et ses appareils.

Ces derniers n’ont plus l’influence d’antan au sein de la population, même rurale. Des cadres aguerris dans le militantisme de base et le travail de proximité et associatif ont déserté les kasmas et les mouhafadhas.

Vidé de ses cadres au profit d une faune d’affairistes et d’opportunistes, le vieux parti est resté otage des querelles de clochers et des batailles claniques. D’autant que les sondages récents montrent à quel point ce parti n’arrive pas à drainer les élites et les intellectuels, permettant à d’autres entités de produire des discours « contradictoires » ou « pauvres ».

En effet, l’idéal de ce parti est aussi l’incarnation idéologique du 1er Novembre qui l’applique dans les règles de l’art, du moins pour l’instant, contrairement au RND qui a pris le dessus en choisissant une autre stratégie politique et électorale et en appliquant une nouvelle vision moins dogmatique, mais plus moderniste et libérale. Il faut reconnaître aujourd’hui qu’il est difficile pour le FLN de proposer du neuf, ou un discours rénovateur.

Il lui est difficile de retenir l’attention des citoyens avides de réformes et de changement. Tout compte fait, c’est une autre une épreuve difficile qui attend Ould Abbès quand on sait que le FLN semble n’être plus en phase avec le peuple. Arrivé en première position lors des dernières élections législatives de 2017, avec un score en deçà des attentes, le parti affûte ses armes en vue des prochaines élections locales.

C’est dans cette optique que le SG du FLN, Djamel Ould Abbès, a appelé les militants à se « remobiliser » afin que leur formation politique puisse retrouver sa place d’antan. Car le retour en force du RND de Ahmed Ouyahia, qui a pris récemment la tête du gouvernement, risque de lui faire subir un second échec fatal.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email