FLN: Benmebarek lance sa révolution interne – Le Jeune Indépendant
-- -- -- / -- -- --
Nationale

FLN: Benmebarek lance sa révolution interne

FLN: Benmebarek lance sa révolution interne

Le nouveau secrétaire général du parti du Front de libération nationale n’a pas attendu longtemps pour clarifier son programme et lancer sa feuille de route.

Ce programme est basé sur l’idée de « rassemblement au sein du parti et d’unité des rangs », comme préalable à toute action de réhabilitation de la pratique politique et du militantisme au sein de l’organisation et dont l’image fut ternie ces dernières années par les scandales et les affaires de corruption de ses propres responsables.

Dans une conférence de presse animée avant-hier, Abdelkrim Benmebarek a réaffirmé sa volonté de lancer une véritable réforme au sein du vieux parti. Un gigantesque chantier que le SG veut réaliser rapidement, animé surtout par son plébiscite lors du dernier congrès et le succès des travaux qui se sont déroulés dans le calme et la sérénité.

Confiant dans le soutien de la base et des membres du comité central, dont la composante a été remaniée à plus de trois quart, M. Benmebarek veut aller vite dans ce « toilettage » organique. Car, pour lui, il faut tout faire pour garder la suprématie du FLN dans le paysage politique du pays. « C’est le parti des martyrs et nous sommes la première force politique du pays », a souligné le SG.

Sur ces réformes en profondeur que promet Benmbarek, il sera question de « moderniser » le fonctionnement du parti, depuis la cellule à la kasma (antenne locale) jusqu’à la mouhafadha, organe de wilaya. Le FLN a longtemps souffert des clivages et des conflits qui l’ont complètement paralysé dans ses structures de base ou intermédiaires.

Les batailles au niveau de la base ont lourdement affaibli le parti et ces luttes intestines se sont accumulées pour finir au sein des plus grands organes, comme le comité central et le bureau politique.

D’ailleurs, le nouveau patron du FLN a souligné cette situation affligeante, insistant sur le fait que « l’époque de la gestion familiale de la kasma et de la mouhafadha est révolue ». C’est sans doute à partir de ce constat que Abdelkrim Benmebarek va commencer à exécuter sa feuille de route, en insistant sur le respect du règlement intérieur et des statuts. Selon lui, désormais, le critère de l’ancienneté sera pris en compte d’une manière rigoureuse selon les postes de responsabilité convoités, soit 2 ans, 5 ans et 7 ans, selon la structure.

De même, les futurs mouhafedhs seront désignés selon deux critères, la compétence et l’intégrité, et selon des profils bien clairs pour une telle responsabilité. Il est évident que les postulants à la mouhafadha seront issus de la composante du CC.

Parmi les objectifs que le patron du vieux parti a voulu mentionner, on citera la création d’une commission de prospective, déjà existante mais complètement gelée depuis quelques années, la mise en place d’une académie de formation politique destinée aux militants de base, le lancement des travaux de plusieurs comités de réflexion, comme celui dédié uniquement à l’intelligentsia du FLN, aux compétences, chercheurs et autres universitaires, pour qu’il soit le vivier des technocrates du parti. Il est également question de redynamiser le club de la presse et de réactiver ainsi l’espace consacré aux journalistes au sein du siège du parti.

Abdelkrim Benmebarek s’est dit également engagé dans une vaste opération de réunification de la « grande famille » du parti, « sans exception aucune », en écartant ni « les anciennes figures », ou « apparatchiks », ni les jeunes, ni les femmes, dont des quotas non négligeables ont été désignés parmi les congressistes et dont certains ont postulé pour intégrer le comité central.

Il convient de souligner que le SG doit nommer une cinquantaine de membres au CC, comme le stipulent les statuts du parti. A ce propos, plusieurs ministres, actuels et anciens, en font partie maintenant, dont les plus connus sont le ministre de la Justice et garde des Sceaux, Abderrachid Tebbi, et les ex-titulaires du département de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Tahar Hadjar et Rachid Haraoubia.

Enfin, il est attendu dans quelques jours la désignation du nouveau bureau politique qui va accompagner le SG du FLN dans sa « révolution ».

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.

Cet article vous-a-t-il été utile ?

Cet article vous-a-t-il été utile?
Nous sommes désolés. Qu’est-ce qui vous a déplu dans cet article ?
Indiquez ici ce qui pourrait nous aider a à améliorer cet article.
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email