-- -- -- / -- -- --
Nationale

Flash back sur la naissance de la presse algérienne

Flash back sur la naissance  de la presse algérienne

Dans son édition de novembre, la revue El-Djeïch a consacré un dossier sur l’évolution de la presse algérienne depuis le déclenchement de la révolution, jusqu’à les premières lueurs de l’indépendance, dans le but d’expliquer le juste combat du peuple algérien, en sachant que l’information « constituait une des armes les plus efficaces des temps modernes ».

En effet, la presse écrite était l’outil majeur de la révolution, le Front de Libération Nationale (FLN), comptait beaucoup sur les publications de « la révolution libératrice » pour médiatiser la cause algérienne pour briser l’embargo qui lui était imposé.

Ainsi, avec l’apparition des premiers numéros des journaux tels que la « Résistance algérienne » et « El Moujahid » en juin 1956, qui a commencé à dénoncer les exactions commises par le colonialisme français. Or, ce dernier, a tout fait pour étouffer la voix naissante de la presse algérienne. « Les autorités françaises ont allés jusqu’à fabriquer de faux numéros d’El Moujahid dont le contenu était truffé de contre-vérités et de fait falsifiés visant à dérouter les lecteurs algériens », soutien l’auteur de l’article.

Cependant, l’équipe rédactionnelle du journal ne s’est pas laissée abattre, et avec le peu de moyens qui étaient à leur disposition, ils ont continué d’assurer la parution du journal, qui depuis novembre 1957 l’équipe de la rédaction s’est installée à Tunis. Par ailleurs, le FLN a opté pour un autre moyen qui était à l’époque à la disposition de tous les Algériens.

« Il suffisait de régler la fréquence pour capter la Radio secrète de la révolution qui était créée en 1956 » dit-il. Ainsi, les émissions de deux heures comportaient essentiellement des bulletins militaires, pour répondre à la propagande coloniale et bien sûr mobiliser davantage le peuple algérien et la encourager à prendre les armes afin de rejoindre les maquis de l’ALN.

Ces programmes était diffusés, le soir en trois langues (Arabe, Tamazight, Français), sous le slogan « Ici l’Algérie combattante », ou bien, « la voix du FLN vous parle du cœur de l’Algérie ».

Enfin, un autre volet de la presse algérienne qui est née en plein milieu de la guerre pour devenir la voix de la Révolution algérienne sur la scène médiatique internationale. L’Agence de presse algérienne, APS, actuellement, a pu « réaliser l’exploit de transmettre la voix de la Révolution le plus loin possible, à travers les rapports ininterrompus de ses correspondants ».

Dans ce sens, l’Agence a accompagné le référendum sur l’autodétermination et le recouvrement de la souveraineté, « qui reste un des plus grands acquis réalisés par l’Agence ».
Pour conclure, si la presse algérienne est arrivé là où elle est aujourd’hui et jouir de des libertés et des droit qui n’existe pas dans certains pays développés. Tous ces droit, la presse indépendante, les doit principalement aux sacrifices d’hommes et de femmes qui ont contribué durant tout la période de la lutte armée contre le colonialisme, à bâtir une presse libre.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email