Financement par des sociétés de capital-investissement : Nécessité d’exploiter pleinement le potentiel   – Le Jeune Indépendant
-- -- -- / -- -- --


Nationale

Financement par des sociétés de capital-investissement : Nécessité d’exploiter pleinement le potentiel  

Financement par des sociétés de capital-investissement : Nécessité d’exploiter pleinement le potentiel  

Plus de 140 projets ont été financés, jusqu’à juin 2023, par les cinq sociétés de capital-investissement agréées par la commission d’organisation et de surveillance des opérations de Bourse (COSOB), et ce pour un montant global de 6,7 milliards de dinars. Un niveau qui reste en deçà du potentiel mais surtout des objectifs.

La nécessité de mettre en place des incitations d’attractivité pour les fonds d’investissement ainsi que l’importance de vulgariser davantage ce mode de financement alternatif auprès des entreprises, principalement les PME, sont préconisées par l’expert financier Souhil Meddah contacté par le Jeune Indépendant.

Ce mode de financement alternatif au financement bancaire, qui existe depuis des décennies, n’a pas pour autant attiré les porteurs de projets, lesquels optent souvent pour le financement « classique ». 144 projets ont été financés, jusqu’à juin 2023, par les cinq sociétés de capital-investissement agréés par la COSOB, comme l’a indiqué le président de la commission, Youcef Bouzenada, lors d’une journée d’information, jeudi, sur la promotion du financement par le capital-investissement, où il a souligné la nécessité de vulgariser ce mode de financement, sachant qu’il offre plusieurs avantages aux entreprises financées, notamment celles qui n’ont pas accès au crédit bancaire.

Pour Souhil Meddah, ce niveau est « pratiquement négligeable », sachant que le potentiel est d’aller vers les 6 000 à 8 000 financements sur trois à cinq ans, avec des tailles intermédiaires. Dans sa déclaration au Jeune Indépendant, l’expert financier, qui a souligné l’existence de ce mode de financement depuis les années 1990, a indiqué qu’« on aurait pu au moins avancer, surtout à partir de 2012, et faire appel aux fonds d’investissement, même pour relancer les sociétés en difficulté ».

Qu’est-ce qui explique le recours timide à ce mode de financement ? M. Meddah a indiqué que cette situation par des problématiques des deux côtés. Selon lui, il faut d’abord qu’il y ait une volonté des entreprises d’accepter ce mode de financement, sachant que pour ce genre de financement, il y a des conditions de structure du capital à respecter. « Les fonds d’investissement vont obliger l’opérateur à capitaliser une partie de l’apport. Sur cette base, le fonds d’investissement sera en dessous du porteur de projet et ne sera pas majoritaire », a-t-il indiqué, affirmant que les PME qui font appel à ce mode de financement sont souvent heurtées à ce problème lié au capital.

« Soit ils n’ont pas suffisamment de moyens pour apporter les capitaux demandés, soit ils essayent d’éviter la capitalisation totale de leur apport et passent par des comptes intermédiaires », a expliqué l’expert financier. L’autre problématique concerne les fonds d’investissement. Ces derniers demandent parfois du temps pour répondre aux demandes alors que d’autres fois, ils n’acceptent pas d’adhérer dans des domaines réputés pour être saturés. « Cette problématique dissuade les investisseurs d’aller vers les fonds d’investissement. Cette question étant récurrente, les investisseurs ne sont pas trop preneurs », selon l’expert financier qui rappelle que les fonds d’investissement sont appelés à s’associer dans ces domaines, même s’ils sont réputés pour être saturés.

Selon lui, il est nécessaire de mettre en place des incitations d’attractivité pour les fonds d’investissement et de vulgariser davantage ce mode de financement, du côté des PME notamment. C’est d’ailleurs ce qu’a recommandé, entre autres, le président de la COSOB lors de la journée d’information sur la promotion du financement par le capital-investissement, précisant qu’à travers cet outil, l’entreprise bénéficie d’un financement important, tout en évitant de s’acquitter d’intérêts. « Il offre un accompagnement et une expertise de la part des sociétés de capital-investissement au profit de l’entreprise financée », a-t-il fait savoir, affirmant que ce moyen de financement alternatif offre plusieurs avantages aux entreprises financées.

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.

Cet article vous-a-t-il été utile?

Cet article vous-a-t-il été utile?
Nous sommes désolés. Qu’est-ce qui vous a déplu dans cet article ?
Indiquez ici ce qui pourrait nous aider a à améliorer cet article.
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email