-- -- -- / -- -- --
Nationale

Financement des start-up : Vers la lancement d’un crédit à l’innovation  

Financement des start-up : Vers la lancement d’un crédit à l’innovation  

Dans l’objectif de stimuler l’innovation et soutenir financièrement les porteurs de projets novateurs, un « crédit à l’innovation » sera mis à leur disposition prochainement. C’est ce qu’a annoncé, ce dimanche, le ministre délégué auprès du Premier ministre, chargé de l’Economie de la connaissance et des Start-up, Yacine El-Mahdi Oualid.

Le crédit à l’innovation, qui « sera bientôt présenté en Conseil du gouvernement », vise à créer un cadre propice à la création et à l’innovation et, par ricochet, à soutenir la culture entrepreneuriale. Ce nouveau produit bancaire s’ajoute à l’armada de dispositifs à la fois financiers et réglementaires, adoptés depuis 2021, a précisé le ministre délégué.

Sans dévoiler plus de détails concernant ce mécanisme, M. Oualid a toutefois mis en exergue l’importance de ce crédit, notamment en l’incluant dans le fonds de financement des start-up (AFS), qui peut soutenir ces entreprises avec un crédit pouvant aller jusqu’à 20 milliards de DA et d’autres dispositifs financiers désignés dans la même optique.

Le ministre a tenu à évoquer également les facilitations accordées aux start-up en matière d’obtention de crédits et l’opération de partenariat avec la Commission d’organisation et de surveillance des opérations de Bourse (COSOB), qui permet aux porteurs de projets de financer leurs entreprises. Il a notamment souligné la publication d’un décret réglementaire permettant aux particuliers d’investir dans des start-up.

Aux avantages fiscaux accordés aux entrepreneurs s’ajoute la prise en charge de certains frais, à l’instar de ceux inhérents au prototypage ou à la propriété intellectuelle (dépôt de brevets, de marques).

La mise en place de tous ces mécanismes reflètent « les grands efforts des pouvoirs publics pour soutenir les start-up en leur accordant des opportunités pour lever les fonds dont elles ont besoin », a-t-il dit, appelant les institutions bancaires à proposer des dispositifs de financement adaptés aux projets déposés.

Le ministre délégué s’est longuement entretenu avec plusieurs porteurs de projets lors de sa visite à une exposition dédiée aux start-up et aux activités du convoi national « Jeunesse et Idée » à la maison de la Culture de Bejaïa, où les organisateurs de cette initiative ont encouragé les jeunes à se lancer dans l’innovation.

Les mécanismes de régulation régissant le secteur ainsi que la manière de bénéficier des prêts et des avantages disponibles dans ce domaine ont également été expliqués. 

Il est important de signaler que le fonds de financement des start-up (Algerian Startup Fund) a accordé des financements aux porteurs de projets innovants pour un montant global de 510 millions de dinars depuis sa mise en place au début de 2021.

Les projets innovants financés par le fonds concernent 18 secteurs d’activité, notamment les services, les technologies d’information et de communication, la santé, les transports et le tourisme, a ajouté l’intervenant.

Présent dans 16 wilayas du pays, le Fonds est une société de capital investissement dédiée au financement des start-up et des projets innovants.

Il se base sur un mécanisme de financement qui repose sur une prise de participation dans le capital des start-up pour une durée limitée. A travers la création de ce fonds, les pouvoirs publics cherchent à développer l’écosystème et inscrire les start-up dans une trajectoire de croissance pérenne ainsi qu’à aider ces entreprises à exporter leurs produits et services.

Le fonds est doté d’un capital de 1,2 milliard de dinars, détenus par six banques (BADR, CNEP, BNA, BEA, BDL CPA).

Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email