-- -- -- / -- -- --
Nationale

Finance : Une grande part accordée à l’aspect social

Finance : Une grande part accordée à l’aspect social

Au grand bonheur de milliers de salariés, l’abrogation de l’article 87 bis relatif au SNMG par le projet de loi de finances pour 2015 devrait avoir pour conséquence logique une hausse significative des salaires. L’annulation de cet article litigieux, imposé par le FMI dans les années 1990, devrait permettre aux travailleurs dès 2015 de percevoir des salaires décents et d’améliorer leur pouvoir d’achat. Mais il va sans dire que la hausse des salaires aura un impact immense sur les finances publiques où des milliards de dinars seront consacrés pour cette augmentation et l’application des nouvelles grilles des salaires.

L’Etat trouvera les moyens grâce aux recettes générées par les hydrocarbures même si la croissance tourne toujours au ralenti. « Même avec le pire scénario d’une baisse des prix du pétrole à 50 dollars le baril, l’Algérie pourra gérer sa situation financière », avait assuré le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, lors de la dernière tripartite avec la centrale syndicale et le patronat.

Le Premier ministre avait parlé d’une « répartition équitable de la rente, en soulignant que « l’Etat défendra celui qui gagne le moins ». Toujours sur l’aspect social, le Conseil des ministres a approuvé avant-hier le projet de loi portant création d’un fonds de pension alimentaire, annoncé le 8 mars dernier par le président de la République. Le fonds vise à mettre en place un dispositif juridique supplémentaire à même de mieux protéger la famille. « Ce mécanisme interviendra en cas de carence du père ou de l’ex-époux, constatée par voie judiciaire, à verser la pension alimentaire allouée aux enfants ou à la femme divorcée », a précisé le communiqué du Conseil des ministres.

Le budget d’investissements publics 2015 à 2019 établis à 21 000 milliards de dinars
Sur le volet économique, le Conseil des ministres a donné son aval pour des projets de marchés publics en procédure de gré à gré simple concernant les secteurs des Ressources en eau, des Travaux publics, de l’Habitat, de l’Enseignement supérieur et des Sports.

Intervenant à l’issue de l’adoption du projet de loi de finances pour 2015, le président Abdelaziz Bouteflika a indiqué que les efforts de l’Etat pour soutenir la croissance économique par la dépense publique doivent être davantage relayés par une plus forte contribution du secteur productif, y compris pour la diversification des exportations du pays », a précisé hier le communiqué du Conseil des ministres. Le président de la République a, également, chargé le gouvernement de finaliser le projet de programme quinquennal d’investissements publics 2015 à 2019, dont l’esquisse financière a été arrêtée à hauteur de 21 000 milliards de dinars, pour le présenter au Conseil des ministres avant la fin de l’année.
Le Conseil des ministres a, par ailleurs, examiné et approuvé un projet de loi modifiant et complétant la loi n° 83-11 du 2 juillet 1983 relative aux assurances sociales.

Cet amendement vise à octroyer une couverture sociale aux députés représentant la communauté nationale à l’étranger et à leurs proches, durant la durée de leur mandat seulement, contre versement des cotisations dues. En effet, la loi relative aux incompatibilités, votée en 2012, interdit toute autre activité aux parlementaires. De ce fait, les députés représentant la communauté à l’étranger ne peuvent exercer une autre activité ni s’affilier durant leur mandat au système de sécurité sociale en vigueur dans leur pays de résidence. Le Conseil des ministres a examiné et adopté également un projet de loi modifiant et complétant la loi n° 01-11 du 3 juillet 2001 relative à la pêche et à l’aquaculture.

Ce texte introduit des dispositions destinées à améliorer l’encadrement de l’activité de la pêche par l’aménagement des zones d’activités aquacoles et des pêcheries, ainsi que la géolocalisation des navires de pêche et le renforcement des sanctions contre toutes les pratiques illégales ou destructrices du potentiel halieutique. Le projet de loi prévoit aussi la relance de la pêche au corail avec l’aménagement de plans d’exploitation alternée de cette ressource, et organise la valorisation locale du corail.

Le Conseil des ministres a examiné et adopté un décret présidentiel autorisant la participation de l’Algérie à la 5e augmentation générale du capital de la Banque islamique de développement. L’Algérie, qui occupe la 10e place parmi les 56 Etats actionnaires avec 2,5% du capital de la Banque islamique de développement, prendra part à cette augmentation de capital par l’acquisition de nouvelles actions pour un montant de 1,28 milliard de dollars.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email