-- -- -- / -- -- --
Nationale

Finance islamique : Vers la création d’une instance spécialisée

Finance islamique : Vers la création d’une instance spécialisée

La finance islamique suscite ces derniers mois un vif intérêt tollé, et l’on parle de la nécessité de la création d’une instance nationale consultative garantissant la conformité des transactions bancaires aux pratiques de la finance islamique. En effet, les conditions d’exercice des opérations de banque, relevant de la finance dite « participative » par les banques et les établissements financiers, ont été fixées par un dispositif juridique 18-02 publié au Journal officiel.

C’est lors du premier colloque dédié aux modes opératoires de la finance islamique (Modi 2019), dont les travaux ont été entamés ce lundi au Centre international des Conférence (CIC Alger), que le président du Haut Conseil islamique (HCI) Bouabdellah Ghoulamallah a salué cette initiative. Considérant qu’elle constitue une réponse favorable à la proposition faite il y a quelque temps par le HCI, qui avait émis des réserves concernant la mise en place d’un organisme ayant pour vocation de contrôler la conformité à la Charia des produits financiers proposés par les banques.

A ce propos, le directeur général de la banque Al Salam Bank Algérie, Nacer Haider, a indiqué qu’on parle actuellement d’un organisme national censé contrôler la conformité des opérations bancaires à la Charia, qui devrait relever du HCI, étant donné qu’il est la partie habilitée à émettre un avis sur ce genre de questions du point de vue de la religion, comme il est précisé dans la Constitution.

Ajoutant que toute institution bancaire ayant introduit cette activité financière possède une instance de contrôle composée des spécialistes du Fik’h qui veillent à la vérification de la conformité des transactions à la finance islamique, Haider a estimé dans la foulée que le marché de la finance islamique en Algérie en est à son état embryonnaire et ne représente que 2%.

L’intervenant a tenu à expliquer que la promotion de la finance participative permettra d’absorber les sommes d’argent colossales circulant dans le marché informel et réaliser une meilleure bancarisation de l’argent en question.

Cette rencontre d’envergure internationale placée sous le thème : « Inclusion financière, stabilité monétaire, Innovation et confiance », est organisée les 7et 8 janvier en cours par le Centre des études et de veille informationnelle en technologies de l’information et de la communication (CEVITIC).

Selon les organisateurs, il s’agit d’un événement qui se tient dans un esprit d’adhésion aux efforts des pouvoirs publics portés sur la mise en place de mécanismes juridiques, financiers et informationnels, nécessaire pour optimiser le système financier national. Cela se concrétisera en accentuant le processus de l’inclusion financière en faveur du citoyen et des opérateurs économiques, et dynamiser a davantage l’épargne et la croissance, précise la même source.

Plusieurs panels d’experts et de spécialistes nationaux et internationaux sont programmés à travers six ateliers consacrés, entre autres thématiques, à l’inclusion financière (bancarisation, Sukuks, zakat, épargne et wakfs). Les panélistes aborderont aussi l’assurance et la réassurance islamiques, ainsi que la formation et la communication à l’intention de toutes les catégories concernées par ces réformes financières. Le marketing et la digitalisation figurent aussi dans l’ordre du jour des participants à ce premier colloque dédié à la finance islamique.

Le Mofi 2019 s’inscrit, rappelons-le, dans l’optique de la modernisation du système bancaire entreprise par le gouvernement, où l’attention est maintenue sur la finalisation des réformes des banques et établissements financiers. Des efforts qui viseront à améliorer leur efficacité, leur rentabilité et leur compétitivité.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email